Valse des étiquettes et chanson des prix

écouter (5min)

Les prix sont repartis à la hausse, ce qui nous invite à nous souvenir de la manière dont la chanson réagit quand tout augmente.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le prix du blé, du lait, la vie de plus en plus chère... Déjà en 2009, la chanson nous donnait quelques pistes de compréhension. (Illustration) (KINGA KRZEMINSKA / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Le groupe toulousain Les Malpolis nous parle d’une des dernières flambées inflationnistes de l’histoire économique récente de la France : c’est en 2009, à la suite de la crise financière des subprimes. Et, comme il en existe à chaque époque de tension sur les prix, une chanson fait un petit peu de pédagogie.

On l’a un peu oublié mais, à l’époque, en France, on demande à la grande distribution de faire des efforts pour éviter les hausses de prix, notamment par la pression sur les industriels et sur la filière agroalimentaire. Ce qui revient à dire que ce ne sont pas les pouvoirs publics qui luttent contre l’inflation mais les supermarchés.

Dans le premier épisode de Ces chansons qui font l’actu ce week-end, vous entendez des extraits de :

Les Malpolis, Plus chère la vie, 2009

Jean Poiret, La Vache à mille francs, 1961

François Béranger, Irish Stew, 2002

William Sheller, Les Machines à sous, 1975

Albert Préjean, La Crise est finie, 1934

Les Troubadours, Avec un peu d'argent, 1936

Les Malpolis, Plus chère la vie, 2009


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Souvenez-vous : pendant l'été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d'une autrice, compositrice et interprète considérée comme l'arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.