Le vilain refrain de la pénurie

écouter (185min)

Il suffit que l'on s'inquiète de possibles pénuries dans les mois à venir, en raison des conséquences de la guerre en Ukraine, pour que l'on se souvienne de la chanson des "jours sans". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ruptures de stocks, pénuries en tout genre. Le thème des "jours sans" a inspiré les auteurs et compositeurs. (Illustration) (NARVIKK / E+ / GETTY IMAGES)

En ce temps-là, c’était pire, mais la chanson arrivait à plaisanter sur les pénuries. Nous sommes en 1941, et Georgius s’amusait de ce qu’il manquait de tout dans la France occupée. Et il se moquait des Français qui constituaient chez eux des stocks de tout – et aussi de n’importe quoi.

Le mot de pénurie se fait de plus en plus fréquent dans notre langue quotidienne lorsque l’on parle des mois à venir, notamment en raison des tensions sur le marché de l’énergie. Et l’on nous prévient qu’il y aura sans doute des coupures d’électricité. Va-t-on voir revenir une expression de cette époque, celle des "jours sans" ?

Dans le second épisode de Ces chansons qui font l’actu diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

Georgius, Elle a un stock, 1941

Fernandel, Les Jours sans, 1941

Jacques Dutronc, Manque de tout, 1980

Rieurs, Pénurie, 2001

Georges Brassens, Corne d'aiurochs, 1952

Brigitte Fontaine, Pour le patron, 1972

Helmut Fritz, Ça m'énerve, 2009

Helmut Fritz, Ça m'énerve 2020, 2020

Richard Groulx, Discours électoral (extrait de Starmania), 1988

Richard Gotainer, Rupture de stock, 1992


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Notre série de chroniques de l'été 2022, Derrière nos voix, est toujours réécoutable en scrollant vers le bas de cette page.

Et vous pouvez aussi retrouver sur ce lien le podcast Derrière nos voix, avec les secrets d'écriture et de composition de huit artistes majeurs de la scène française, Laurent Voulzy, Julien Clerc, Bénabar, Dominique A, Carla Bruni, Emily Loizeau, Juliette et Gaëtan Roussel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.