Ces chansons qui font l'actu, France info

La chanson face à l'antisémitisme

La musique populaire n'a pas toujours été un instrument de combat contre la haine des Juifs. Elle a aussi véhiculé stéréotypes et propos venimeux.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Comble d'incohérence sous le régime antisémite de Vichy : la mélodie de l'hymne "Maréchal nous voilà" est un plagiat d'une composition de Casimir Oberfeld, mort en déportation. © DP.)

 Longtemps, l’antisémitisme s’est exprimé à visage découvert dans la culture populaire. La chanson essaie régulièrement de lutter contre ce poison. Mais il est vrai qu’elle a aussi véhiculé des clichés. Et quand on réfléchit au désarroi que traverse actuellement la communauté juive de France, il faut aussi se demander comment le pire a pu survenir, jadis.

 

 

Dans le premier épisode de cette chronique diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

 

Stéphane Golmann, Les Juifs , 1954

Fernandel, La Noce à Rebecca , 1929 (enregistrement de 1968)

Ray Ventura et ses Collégiens, Ca vaut mieux que d'attraper la scarlatine , 1936

Suzanne Dehelly, Ca vaut mieux que d'attraper la scarlatine , 1937

Interview de M. Laville de l'Institut d'étude des questions juives, 29 mai 1942

Fernandel, Félicie aussi , 1939

Arletty, La femme est faite pour l'homme , 1933

Georges Milton, C'est pour mon papa, 1930

Armand Bernard, La Margoton du bataillon , 1933

André Dassary, Maréchal nous voilà, 1941

Doc Gynéco, Dans ma rue , 1996

Black M, Dans ma rue, 2015

Philippe Clay, Les Juifs , 1975

 

 

 

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

Vous pouvez retrouver sur le site de France Info les quarante-deux épisodes de notre série de l’été dernier, consacrée à des rumeurs, on-dit et fausses réputations, Ça sonne faux.

Vous pouvez aussi retrouver les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil.

Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.

Professeurs, lycéens et collégiens, France Info et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

 

(Comble d'incohérence sous le régime antisémite de Vichy : la mélodie de l'hymne "Maréchal nous voilà" est un plagiat d'une composition de Casimir Oberfeld, mort en déportation. © DP.)