Fourrure : le temps où l'on chantait le vison

écouter (5min)

Alors que le magazine "Elle" vient d'annoncer qu'il bannissait de ses pages toutes les photos de fourrure animale, revenons sur l'époque où le manteau de fourrure symbolisait la vénalité de la femme. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les photos de vêtements en fourrue animale sont désormais interdites de publication dans le magazine féminin "Elle". (PHOTO BY RAFA ELIAS / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

"Elle frissonnait sous son manteau d’ocelot" nous chante Ricet Barrier en 1969. Et aujourd’hui on ne voit plus guère de manteau d’ocelot, cette sorte de jaguar d’Amérique du Sud. On n'en verra plus du tout dans Elle, en tout cas. L’hebdomadaire féminin l’a annoncé cette semaine – vous l’avez entendu sur France Info. Et, culturellement, cela confirme la fin d’un certain imaginaire, et la difficulté de comprendre certaines chansons, sans faire un petit effort historique...

Dans le premier épisode de Ces chansons qui font l’actu ce week-end, vous entendez des extraits de :

Ricet Barrier, Rendez-vous (Stanislas), 1967

Georges Brassens, Concurrence déloyale, 1966

Yves Montand, La Marie Vison, 1956

Serge Gainsbourg, Maxim's, 1963

Zizi Jeanmaire, Vamp et vampire, 1977

Thomas Fersen, Jean, 2013

Léo Ferré, Plus jamais, 1962

Léo Ferré, Et basta!, 1973

Léo Ferré, Les Amants tristes, 1974

Léo Ferré, La Vendetta, 1982

Françoise Hardy, Soie et fourrures, 2012


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Souvenez-vous : pendant l'été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d'une autrice, compositrice et interprète considérée comme l'arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chansonexploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson françaisecoédité par Plon et franceinfo. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.