Ces applis qui ont changé nos vies. Un podomètre ou le défi quotidien des 10 000 pas

Chaque jour cet été, on vous présente une application qui a changé nos vies ou nos habitudes. Une appli que vous avez peut-être utilisé : un podomètre. Elle nous délivre sa sentence quotidienne : une appli qui compte nos pas. Un outil pour inciter à l’activité physique, nécessaire donc mais pas suffisante.
Article rédigé par franceinfo, Olivier Emond
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Ces applis qui ont changé nos vies: compteur de pas ou podomètre (FRANCEINFO)

Il y a les plus simples, qui vous indiquent juste votre nombre de pas, il y a celles qui y ajoutent quelques conseils d’activité pour vous échauffer. Voire celles qui vous proposent de gagner quelques centimes si vous marchez suffisamment. Quelles qu’elles soient, l’essentiel est donc que ces applis vous incitent au mouvement.

>> Retrouvez tous les épisodes de "Ces applis qui ont changé nos vies" ici

"C’est une aide pour tendre vers de l’activité physique. Mais il ne faut pas se dire, j’ai fait 10 000 pas dans la journée et puis c’est bon" : une première étape donc comme le souligne le docteur Martin Ducret, assistant spécialiste en médecine du sport à l’Hôtel-Dieu à Paris. Enregistrer ses pas quotidiens, c’est bien, compter entre 5 et 7 000, mais ce n’est qu’un élément de la panoplie d’activités à mener pour rester en forme.

"Il faudrait vraiment que ce soit comme se brosser les dents."

Martin Ducret, médecin

franceinfo

"Les pas ça calcule 'l’activité cardiopulmonaire', donc ce qu’on appelle le cardio dans le jargon. Alors qu’il y a quatre piliers normalement pour avoir une activité physique bonne pour la santé, selon les recommandations françaises. Donc il y a l’activité cardio. Seconde chose, c’est le renforcement musculaire, c’est travailler les muscles. Et quand on fait juste du vélo ou de la course à pied, on ne travaille pas tous les muscles. Donc il faut faire d’autres exercices en plus. Et il y a aussi tout ce qui est travail de mobilité, c’est-à-dire d’assouplissement, pour que les tendons soient plus souples, qu’ils s’étirent mieux, les muscles, pareil. Et le quatrième pilier, c’est l’équilibre. Parce qu’en vieillissant, on perd l’équilibre, on a les muscles qui sont moins forts, on est de moins en moins souple. Et aussi, notre activité cardiaque est moins bonne.", détaille le médecin.

Tout cela, évidemment, demande un peu de temps, avec l’été, c’est peut-être plus simple, et pour le reste de l’année, il faut voir cela comme une routine. "Il faudrait vraiment que ce soit comme se brosser les dents", insiste Martin Ducret. Parce qu’on ne compte plus les études scientifiques qui démontrent les bienfaits de l’activité, sur la santé physique et psychologique, sur le sommeil, sur la douleur, en sachant que tout le monde peut pratiquer, à son rythme, en faisant si besoin appel à un médecin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.