Ça sonne faux, France info

"Les Français ne comprennent rien à la musique brésilienne"

On dit souvent que nos artistes ne sont pas doués pour le rythme. Mais n’y a-t-il pas, au contraire, une relation très particulière avec un certain univers sud-américain ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Georges Moustaki compte parmi les plus grands passeurs de la musique brésilienne en Europe. © Maxppp)

La musique brésilienne est étrangère aux Français ? Il ne savent pas entrer dans ses rythmes et ses couleurs ? Eh bien ça sonne faux.

 

Dans cet épisode de Ça sonne faux, vous entendez des extraits de :

 

Dario Moreno, Si tu vas à Rio , 1958

Henri Salvador, Dans mon île, 1959

Pierre Barouh, Samba Saravah , 1969

Claude Nougaro , Tu verras, 1978

Nicoletta, Fio Maravilla, 1973

Georges Moustaki, Les Eaux de mars , 1973

Atlantique, Les Eaux de mars, 1994

Lio, Les Eaux de mars , 1997

Jil Caplan, Les Eaux de mars , 1997

Hélène Segara (avec Tony Carreira), Les Eaux de mars , 2014

Stacey Kent, Les Eaux de mars, 2010

Ledisi (avec Sergio Mendes), Les Eaux de mars , 2008

Bombes 2 Bal,On adore le forro, 2004

 

 

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

Toute l’année, nous nous promenons ensemble dans les liens que la chanson entretient avec l’actualité sur France Info, dans la chronique Ces chansons qui font l'actu. 

Professeurs, lycéens et collégiens, France Info et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver près de deux cents chroniques de nos étés précédents sur France Info, sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

Vous pouvez aussi retrouver sur le site de France Info les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été 2014 consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil.Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.

(Georges Moustaki compte parmi les plus grands passeurs de la musique brésilienne en Europe. © Maxppp)