Ça sonne faux, France info

"C'est quand même très xénophobe, dans la Marseillaise, cette histoire de sang impur"

Démêlons le vrai du faux dans les bruits et les rumeurs sur la musique. Aujourd'hui, une phrase de notre hymne national semble poser problème...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Quand Rouget de Lisle compose son "Chant de guerre pour l'armée du Rhin" en 1792, ses ennemis ne sont pas seulement étrangers)

 Quand notre hymne national clame "Qu’un sang impur abreuve nos sillons", il parle des étrangers qui n’ont pas le sang purement français… Ça sonne faux !

 

 

 

Dans cet épisode de Ça sonne faux, vous entendez des extraits de :

 

Georges Thill, La Marseillaise , 1931

Chœur du Capitole de Toulouse, La Marseillaise , 1988

Serge Gainsbourg, Aux armes et caetera , 1988

Corine, Berceuse , 2002

Poetic Lovers, La Marseillaise , 1997

Nino Ferrer, La Marseillaise , 1989

 

 

 

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

Toute l’année, nous nous promenons ensemble dans les liens que la chanson entretient avec l’actualité sur France Info, dans la chronique Ces chansons qui font l'actu. 

Professeurs, lycéens et collégiens, France Info et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver près de deux cents chroniques de nos étés précédents sur France Info, sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

Vous pouvez aussi retrouver sur le site de France Info les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été 2014 consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil.Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.

(Quand Rouget de Lisle compose son "Chant de guerre pour l'armée du Rhin" en 1792, ses ennemis ne sont pas seulement étrangers)