Cet article date de plus de six ans.

La Syrie se meurt

écouter (8min)
Le 22ème prix des correspondants de guerre se tient toute la semaine à Bayeux. Aujourd'hui et demain, le jury planche sur les sujets sélectionnés. Les prix seront remis samedi soir. Pendant ce temps, la guerre en Syrie s'expose le long d'une rivière.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (A Bayeux © Radio France/Mathilde Dehimi)

Ca se passe au fil de l'eau.

Un collectif de photographes a arpenté la Syrie et l'Irak, ont vu la montée et les dévastations, oeuvres de l'Etat islamique.

A Bayeux, la ville qui accueille la guerre chaque année, on découvre les accrochages le long de la rivière nommée l'Aure.

Des hommes, des enfants, aux visages dévastés, en fuite, en exode, mais pour aller où ?

En un coup d'oeil, on sent la peur, l'effroi.

En deux coups d'yeux, on est transpercés par cette panique qui gagnent ceux qui fuient.

Puis, la rage vient.

Au coeur de la ville, coule cette rivière qui aujourd'hui charrie ces histoires terrifiantes de peuples noyés dans les abîmes de la guerre.

Déplacés, réfugiés, face à la répression sanglante de l’État islamique.

On y voit aussi les guerriers de fortune, ceux qui s'opposent, et en meurent.

Une expo, au fil de l'eau.

Comme un déluge.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.