C'est mon boulot, France info

Une nouvelle façon de vendre sur internet

"C'est mon boulot" avec tout l'été des portraits de "nouveaux entrepreneurs". Ils ont quitté leur vie de salarié pour créer leur boite... Aujourd'hui, Fabienne et Olivier. Leurs points forts : être en couple et avoir su trouver les bons financements.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Fabienne et Olivier, patrons de Shopus © Shopus)

Comment ne pas craquer dans la course de fond qu'est la création d'entreprise ? Réponse : en étant en couple. Fabienne et Olivier ont quitté Paris avec leurs deux enfants pour lancer une appli de commerce en ligne près de Vannes, dans le Morbihan. Une folie ? Pas tant que ça pour ces deux pros du marketing, de la communication et des réseaux sociaux.

Leurs compétences se complètent. Et puis surtout, ils font équipe.

"Ca permet des rapports francs, efficaces, complémentaires, et puis c'est aussi le fait que l'autre soi là quand l'un va un peu moins bien. Ce qu'il ne faut pas c'est que les deux baisse la tête ensemble."

Et ils n'ont pas baissé les bras depuis la création de Shopus. Leur appli innove dans la vente d'objets en ligne. Sur Shopus, on peut créer sa propre boutique que l'on n'ouvre qu'aux membres de son réseau.

"Cette boutique privée, elle est accessible sur invitation. Donc j'invite mes amis et ces amis-là peuvent être acheteurs mais vont surtout me servir de relai, parce qu'eux-mêmes vont relayer ma boutique au sein de leur propre réseau."

Fabienne et Olivier veulent sortir de l'anonymat les millions d'objets à vendre sur le net. Là, on sait à qui on achète. Shopus crée de la confiance entre le vendeur et l'acheteur. On est en plein dans l'économie collaborative, dans l'économie redistributive et dans les réseaux sociaux.

Trouver des financements

Le couple a bénéficié de l'aide à la création d'entreprise de Pôle Emploi, mais ils ont aussi passé beaucoup de temps à rechercher les aides financières locales. Aide de la technopole de Vannes, subvention pour l'innovation du conseil général du Morbihan, bourse de la banque publique d'investissement, coup de pouce d'un mécène local, la fondation Guyomarc'h... sans compter le coaching du réseau Bretagne entreprendre. Fabienne et Olivier ont passé neuf mois à chercher des financements. En tout ils ont réuni un peu plus de 100.000 euros dont 12.500 de fonds propres. Le site est lancé. Mais il faut maintenant voir plus grand.

"Ce qu'il nous faut c'est passer à la vitesse supérieure en terme de communication, et pour ça on est en préparation de levée de fonds. On est passés à la phase 2, ça n'est plus les subventions, c'est les investisseurs et l'entrée au capital de business angels".

Les allocations de Pôle emploi se terminent. Mais le couple ne peut pas encore vivre de son appli. Avec 7% de commission prélevé sur chaque achat, il faut faire du volume. Juste une question de temps.

"C'est la première grosse leçon, c'est que les choses prennent du temps et que faire rentrer les investisseurs au capital, c'est quelque chose de très long qui se prépare beaucoup".

Consacrer beaucoup de temps à la recherche d'aides locales de toutes sortes, et puis faire équipe avec son conjoint, ce sont les recettes du succès des nouveaux entrepreneurs comme Fabienne et Olivier.

Fabienne a été aidée par le réseau Femmes de Bretagne.

(Fabienne et Olivier, patrons de Shopus © Shopus)