Cet article date de plus d'un an.

Une entreprise belge propose jusqu'à 7 500 euros de prime pour les salariés qui souhaitent démissionner

Le patron d'une entreprise flamande fait le pari que ses salariés ne voudront jamais quitter leur job de rêve. Il propose jusqu'à 7 500 euros de bonus à tout nouvel employé qui souhaite quitter la société. 

Article rédigé par franceinfo, Philippe Duport
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le PDG d'une entreprise flamande propose une prime à tout nouvel employé qui veut démissionner (illustration). (FERNANDO GUTIERREZ-JUAREZ / DPA-ZENTRALBILD / AFP)

En Belgique, une société flamande propose une prime pouvant aller jusqu'à 7 500 euros à tout nouvel employé qui oserait démissionner. Un sacré pari que prend Nikolas Vandelanotte, le PDG de l'entreprise du même nom, basée à Courtrai, en Belgique flamande. Cette société pratique des audits et fait de la comptabilité. Le patron est tellement sûr que ses employés sont bien chez lui, et surtout que les nouveaux arrivants ne voudront pas en partir, qu'il les met au défi de démissionner, comme le rapporte le quotidien belge La Libre. S'ils veulent vraiment quitter le boulot qu'ils viennent de décrocher, il est prêt à leur donner une belle somme d’argent.

Pour un employé qui déciderait de partir au bout de trois mois, la direction propose de verser une somme de 7 500 euros. Un départ après deux mois de présence seulement ? La somme est de 5 000 euros. Et une démission au bout d’un mois d’embauche, s'élève à 2 500 euros. Cette prime ne s'adresse qu'aux salariés un minimum qualifiés.

Une fête organisée... en cas de non-départ

Le patron est sûr de lui : "C'est un signal à tous nos futurs employés. Si vous venez travailler chez nous, nous sommes quasiment certains que vous ne nous quitterez pas", affirme-t-il.

Pour voir comment cette prime allait être accueillie, le patron a même lancé un sondage parmi ses employés. Le résultat est étonnant : rien ne pourrait convaincre actuellement les employés de Vandelanotte de quitter leur boulot. Et ça ne devrait pas changer dans les mois à venir puisque le patron a précisé qu'à chaque fois qu'une prime de départ possible ne serait pas versée, l'entreprise allait utiliser le montant pour organiser un événement festif. "Si un de nos clients proposait cette idée, reconnaît Nicolas Vandelanotte, nous le prendrions certainement pour un fou."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.