Un salarié "loyal" a plus de chance que les autres d'être exploité par son employeur, affirme une étude américaine

Après avoir interrogé 1 400 managers, les scientifiques concluent que ce sont aux salariés considérés comme dévoués et droits à qui l'on confie les corvées les plus ingrates.
Article rédigé par France Info, Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Selon les chercheurs américains, plus certains salariés acceptent des tâches supplémentaires, plus ils sont considérés comme loyaux et plus on va leur confier des corvées supplémentaires. Photo d'illustration. (LUIS ALVAREZ / DIGITAL VISION)

C’est une très sérieuse étude scientifique américaine qui le dit : être considéré comme un salarié loyal à son entreprise peut avoir plus d’inconvénients que d’avantages. Ce sont des chercheurs américains en psychologie, en neurosciences et en management qui se sont penchés sur cette question de notre quotidien au travail. Leurs conclusions sont à paraître dans le Journal of experimental social psychology. Selon eux, aucun doute, être un employé dévoué, droit, peut conduire, non pas à être récompensé ou protégé par son employeur, mais à être plus exploité que les autres.

>>> Intelligence artificielle : les tâches où ChatGPT peut nous remplacer

Ils ont présenté à 1 400 managers des profils d’employés différents. Certains étaient loyaux, d’autres déloyaux, d’autres ni l’un ni l’autre. Ils leur ont ensuite demandé à qui ils confieraient des tâches qui leur demanderaient de travailler davantage, de remplir des missions qui sont sans rapport avec leur fiche de poste, tout cela sans rétribution supplémentaire ou récompense tangible. Dans ces cas, les salariés ne sont, en effet, aucunement récompensés pour leurs sacrifices et ce sont les managers qui reçoivent tous les bénéfices.

Les "loyaux", victimes d'un cercle vicieux

Ce sont donc les travailleurs sur qui on peut compter qui en font les frais. Les scientifiques concluent que ce sont les salariés considérés comme loyaux à qui les managers ont tendance à confier les corvées. "Les personnes loyales sont disproportionnellement - et ironiquement - ciblées par des pratiques managériales potentiellement nuisibles et injustes dans l’environnement de travail contemporain", peut-on lire dans l’étude. Les managers se reposent sur l’hypothèse selon laquelle les "loyaux" sont tous prêts à faire des sacrifices personnels, sur leur temps libre notamment.

Il y a même un cercle vicieux qui s’établit. Selon les chercheurs américains, plus certains salariés acceptent des tâches supplémentaires, plus ils sont considérés comme loyaux et plus on va leur confier des corvées supplémentaires. Le fait qu’ils acceptent d’être maltraités conforte leur réputation de loyauté et peut créer un potentiel cercle vicieux de souffrance pour eux, écrivent les scientifiques. Selon cette étude, être un employé considéré comme loyal peut conduire, non pas à être récompensé ou protégé par leur employeur, mais à être plus exploité que les autres.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.