Réforme des retraites : les seniors au chômage sont inquiets sur leur avenir

CDI seniors, index seniors : ces deux idées, débattues dans le cadre de la réforme des retraites, sont plébiscitées par les seniors au chômage, selon une enquête publiée jeudi 15 mars par l’une des principales associations de soutien aux chômeurs.
Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Un sénior devant une agence Pôle emploi. à Metz (Moselle). (MAURY GOLINI /  MAXPPP)

L’association Solidarités nouvelles face au chômage, une référence dans l’accompagnement des chômeurs, a interrogé 760 personnes de plus de 50 ans et sans emploi. Elle alerte sur les effets combinés du recul de l’âge légal de la retraite et du raccourcissement, de 36 à 27 mois, de la durée de couverture de l’assurance chômage pour les seniors. Une situation qui va rallonger, selon elle, la période "ni en emploi, ni en retraite" et potentiellement sans indemnité. Ce que l’une des personnes interrogées résume ainsi : "Je ne réussis pas à trouver du travail, même de moindre intérêt, même pour un salaire minimum : au final, j’aurai dix mois sans aucun revenu, entre la fin de mes allocations chômage et l’âge auquel je pourrai demander ma retraite."

>> Réforme des retraites : quatre questions sur le "CDI seniors" voté par le Sénat contre l'avis du gouvernement

Prêts à faire de grandes concessions pour retrouver un emploi

Deux possibilités sont possibles : la première est le CDI seniors, proposé par la majorité sénatoriale, est entériné, jusqu’en 2026, par la Commission mixte paritaire. Ils sont 58% à demander des aides financières attribuées aux employeurs pour des contrats seniors. 79% sont également favorables à l’instauration d’un pourcentage obligatoire de seniors parmi les effectifs de l’entreprise.

La seconde option est que l’esprit de l’index seniors est repoussé dans un premier temps par les députés. Ils plaident aussi à 51% pour des formations tout au long de la carrière. L’une des personnes interrogées souligne qu’à partir de 45 ans : "L’entreprise n’a plus investi sur moi : ni sur la formation, ni concernant les augmentations, contrairement à mes collègues plus jeunes".

Les seniors au chômage sont pourtant prêts à faire de grandes concessions pour retrouver un emploi. Plus des deux tiers d’entre elles accepteraient de reprendre une activité moins bien rémunérée que celle de leur dernier emploi. 60% peuvent envisager une reconversion. Et 40% sont prêtes à déménager pour retrouver du travail. Tout sauf cet "isolement et cette rupture de lien, plus de déplacements, plus de petites escapades", dénoncés par l’un des répondants à cette enquête.

L’association Solidarités nouvelles face au chômage souhaite l’instauration d’un CDI seniors, une aide financière aux employeurs qui engagent des seniors, rendre la retraite progressive plus accessible et créer des indicateurs sur l’emploi des seniors dans les entreprises.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.