C'est mon boulot, France info

Les services à la personne, c'est aussi de l'emploi qualifié

Le salon des services à la personne se tient à partir d’aujourd’hui à Paris. Un secteur qui recrute, on le sait, beaucoup de personnes peu qualifiées… mais pas seulement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Service à la personne © Maxppp)

C’est devenu un refrain à la mode : les services à la personne recrutent  et vont recruter

Vieillissement de la population oblige. C’est une bonne nouvelle, notamment pour les jeunes peu qualifiés : ce secteur les accueille et les forme, notamment par le biais des emplois d’avenir. Il y a aussi beaucoup de grands réseaux dans ces services à la personne qui embauchent et puis qui forment leurs aides à domicile ou leurs gardes d’enfants. Ces entreprises sont présentes aujourd’hui, vendredi et samedi dans le grand salon de la profession, qui se tient à la Porte de Versailles à Paris.

Seulement voilà, quand on entend que les services à la personne doivent embaucher 180.000 nouveaux salariés d’ici la fin de la décennie, mais qu’on n’a pas envie de faire du ménage ou de s’occuper d’une personne âgée, quelques heures par semaine qui plus est, l’information perd de sa pertinence.

Sauf qu’heureusement, il y a aussi de la place pour des profils plus qualifiés

Rien que les grands réseaux ouvrent chaque année environ deux cents nouvelles agences. Acadomia et Shiva, par exemple, affirme embaucher chaque année, pour diriger ces nouvelles agences, une centaine de managers. Ils vont diriger des petites équipes de quatre à sept salariés. On leur demande de savoir organiser, contrôler la qualité du service, gérer un portefeuille clients, des équipes d’intervenants… Ils sont recrutés à bac plus deux ou bac plus quatre… quelque soit la spécialité ! Maxime Aiach, à la tête d’Acadomia, explique qu’il cherche avant tout des gens « bien cérébrés », « bien éduqués », avec « un bon niveau de langage » et un bon sens du contact. Des diplômés de l’université en sciences humaines ont par exemple tout à fait leurs chances. Pour un salaire qui peut tourner quand même autour de 3.000 euros bruts. Ces postes sont aussi accessibles via la promotion interne.

Autre moyen de profiter de l’appel d’air dans les services à la personne : se lancer en franchise

Tous les réseaux, petits ou grands, permettent à des personnes, souvent en milieu de carrière, qui veulent se reconvertir et devenir leur propre patron, d’ouvrir une franchise. Les services à la personne, c’est LE secteur qui se développe le plus rapidement parmi tous les types de franchise : aide à domicile, soutien scolaire, jardinage... il y a encore beaucoup de places à prendre. Vingt-trois franchiseurs sont justement présents sur ce salon des services à la personne qui se tient à Paris jusqu’à samedi.

(Service à la personne © Maxppp)