C'est mon boulot, France info

Les Français, des salariés très distraits au bureau

Le salarié français ne fait pas que travailler au bureau ! On s'offrirait plus de six mini-pauses par jour, sur son téléphone ou pour parler avec des collègues.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une salariée fait une mini-pause à son bureau.
Une salariée fait une mini-pause à son bureau. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

En France, un salarié prend plus de six mini pauses au cours de sa journée de travail. Combien de fois téléphonons-nous au travail pour des raisons personnelles ? Combien de fois allons-nous sur les réseaux sociaux ou les sites d'information pendant les heures de boulot ? Réponse avec cette étude qui nous classe parmi les salariés les plus distraits d'Europe, devant les Allemands et les Anglais. Nous irions jusqu'à quatre fois par jour consulter des sites qui n'ont rien à voir avec le travail, pendant les heures de travail. Il s'agit d'abord des réseaux sociaux, de loin les plus consultés au boulot, suivis par les sites de vente de prêt à porter – ils arrivent en deuxième position, c'est étonnant – et des sites vidéos en ligne comme YouTube.

Le salarié français visiterait des sites sans rapport avec le travail plus de dix fois par semaine

Quant à notre smartphone, nous sommes loin de le laisser en veille pendant la journée de travail. Plus d'un salarié sur deux le regarderait jusqu'à neuf fois par jour, selon l'étude menée par la société LogMeIn. Et il nous permettrait d'avoir plus de 23 conversations privées par semaine, c'est à dire près de cinq par jour.
Au total, on s'offrirait donc 33 mini pauses sur une période cinq jours ouvrés, soit 6,6 par jour. À cela il faut ajouter 21 papotages par semaine, 19 pauses café et boissons et 26 consultations de mails privés, ajoute l'étude.

On serait moins tenté par les distractions quand on travaille en dehors du bureau, de chez soi, notamment, en télétravail. Le nombre de SMS privés envoyés pendant les heures de travail baisserait de 20%. Le temps passé à organiser des rendez-vous personnels chuterait lui aussi de 20%. Et bien sûr, les conversations personnelles avec des collègues s'effondrent de 35% quand on travaille loin du bureau. À ceux qui pensent que dans télétravail il y a surtout le mot télé, cette étude, même si elle est menée sur un échantillon modeste, vient rappeler qu'on est plus concentré et moins distrait quand on travaille de chez soi.

Les Espagnols sont champions en la matière !

Un rapport de l'agence d'intérim Adecco s'alarmait il y a quelques jours de la perte de temps des salariés espagnols. Elle atteindrait jusqu'à 161 heures par an, soit six semaines de travail, et son coût s'élèverait à 3,3 milliards d'euros. Pourquoi les Espagnols ? Notamment à cause du "second petit déjeuner", une longue pause pris aux alentours de 10h30, qui leur permet de tenir jusqu'au vrai déjeuner, pris vers 14 heures.


Plus d'un travailleur espagnol sur trois reconnait passer du temps sur les réseaux sociaux, leurs mails et des recherches personnelles, mais les syndicats disent que ça leur permet de rester productif pendant toute la journée de travail, qui peut durer neuf heures en Espagne.

Une salariée fait une mini-pause à son bureau.
Une salariée fait une mini-pause à son bureau. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)