Le boom des espaces de coworking

écouter (3min)

La crise sanitaire n’aura pas freiné bien longtemps leur multiplication : les espaces de coworking sont de plus en plus nombreux en France. Une progression de 60% par rapport à 2019.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 La chapelle Mondésir de Nantes (Loire-Atlantique) a été transformée en espace de coworking. (VICTORIA KOUSSA / RADIO FRANCE)

On en compte désormais près de 2 800. Et ils sont partout en France, pas uniquement à Paris ou en région parisienne. Les deux-tiers des espaces de coworking sont même situés en région. Ils se développent à grande vitesse . L’indice Coworking 2021 publié par Ubiq, l’ancien Bureaux à partager, fait état d’une progression de 60% en deux ans, après une nette pause en 2020, liée à la crise sanitaire.

La grande tendance est aux très grands espaces et au haut de gamme. Deux très vastes espaces de coworking viennent ainsi d’ouvrir à Paris : Wojo dans le 13e arrondissement et WeWork, boulevard Haussmann. Bordeaux connaît le même engouement avec l’ouverture récente de deux espaces par la firme Héméra, qui projette d’ouvrir une dizaine de nouveaux lieux en Nouvelle-Aquitaine d’ici 2025.

La possibilité de travailler dans des "tiers-lieux"


Un succès qui est causé par deux phénomènes : la multiplication des travailleurs indépendants et des travailleurs en free-lance d’une part, qui prennent des places dans les open-spaces de ces nouveaux lieux. Et les entreprises qui manquent de visibilité et ne veulent pas s’engager sur un bail classique, qu’elles ne pourront pas rompre avant trois ans. Tout ce qui peut apporter de la souplesse est bienvenu. Ajoutez à cela une autre tendance : pour attirer des candidats et les garder, les entreprises leur proposent de plus en plus souvent la possibilité de travailler dans des "tiers-lieux", près de chez eux, et de leur éviter de faire chaque jour le trajet jusqu’au siège. C’est une facette du nouveau travail hybride que la crise sanitaire a permis d’inventer.

Ces nouveaux lieux de travail peuvent d’ailleurs élire domicile dans des environnements peu ordinaires comme en Corse par exemple, où une ancienne chapelle désacralisée sert d'espace de travail. À Bordeaux, c’est dans une ancienne caserne militaire laissée à l’abandon que 7 000 mètres carrés d’espaces de travail ont pu voir le jour. Et à Paris, l’ancien siège de la maison d’édition Calmann-Lévy, conçu par Gustave Eiffel, avec les bibliothèques d’origine et les anciens rails pour transporter les matériaux, accueille désormais les modernes travailleurs nomades. Ailleurs, les "tiers-lieux" sont considérés comme un moyen de redynamiser les territoires. Le gouvernement a engagé 130 millions d’euros pour les développer dans le cadre du plan de relance.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.