C'est mon boulot, France info

Jeunes diplômés : mieux payés et plus vite embauchés

La grogne gagne les universités, mais sur le front de l'emploi, la situation des étudiants s'améliore. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Amphithéâtre à l\'université Paris I-Panthéon Sorbonne.
Amphithéâtre à l'université Paris I-Panthéon Sorbonne. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Des salaires à l'embauche plus élevés, plus de CDI, davantage de statuts cadre. L'embellie du marché de l'emploi profite aussi aux plus jeunes. C'est ce qui ressort du tout dernier baromètre de l'Apec, l'association pour l'emploi des cadres. Les perspectives d'emploi des cadres n'ontjamais été aussi bonnes et cela se vérifie pour les jeunes diplômés, bac+3 comme bac+5.

Ils trouvent plus vite du travail. Les bac+5 surtout. Ils sont plus de sept sur dix à occuper un emploi six mois après la fin de leurs études. C'est un chiffre en nette hausse : +6 points. Le plus étonnant c'est que cette rapidité à trouver du travail concerne aussi des filières comme les sciences sociales, les lettres et les arts. Les jeunes diplômés en général ne sont que 10% à connaître le chômage. C'est plus de deux fois moins que les moins de 25 ans en général. Quand à ceux qui n'ont pas de diplôme, ils ne sont pas moins de 42% à être au chômage à cet âge-là.

Et ils sont mieux payés. Toujours pour les bac+5, le salaire médian à l'embauche progresse de 7% en un an. C'est considérable. Le salaire médian est désormais de 30 000 euros en brut annuel. Un mouvement qui va de pair avec la hausse des CDI. Là encore un hausse de 7 points en un an. Ils sont désormais 62%, six sur dix, à se faire embaucher en CDI. Le baromètre est aussi très bien orienté pour ce qui est du statut. De plus en plus de jeunes diplômés signent leur premier contrat au statut cadre.

Le choix de l'alternance

Pour trouver du travail, même pour les bac+5, l'alternance est décidément la stratégie gagnante. L'Apec le martèle, même pour ces aspirants cadres, le moyen le plus sûr de s'insérer "durablement", c'est de suivre ses études en alternance. D'ailleurs toutes les filières universitaires s'y mettent, même les instituts d'études politiques.

Un point noir toutefois, il concerne les jeunes femmes. Tous ces chiffres sont un peu moins bons pour les femmes que pour les hommes. Que ce soit l'accès au premier emploi, il y a une différence de trois points avec les hommes. Le CDI, une différence de neuf points ! Et le statut cadre. Un retard carrément de 16 points ! Des différences qui peuvent s'expliquer par le plus grand nombre de femmes dans des filières moins porteuses, comme les sciences humaines et la santé.

Amphithéâtre à l\'université Paris I-Panthéon Sorbonne.
Amphithéâtre à l'université Paris I-Panthéon Sorbonne. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)