C'est mon boulot, France info

Environnement : les cadres estiment que leur entreprise en fait trop peu, selon un sondage

Une forte proportion de salariés de l'encadrement estime que leur entreprise n'a pas mis en place d'actions pour limiter son impact environnemental, selon un sondage révélé mardi par franceinfo.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des bacs végétalisés expérimentaux à l\'entreprise Icade à Paris en 2016 (illustration).
Des bacs végétalisés expérimentaux à l'entreprise Icade à Paris en 2016 (illustration). (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

À l'heure de la COP24, le ressenti des salariés sur l'implication de leur employeur a été étudié par un sondage Viavoice pour HEC et SnO, que révèle mardi 4 décembre franceinfo. Cette enquête, pour laquelle des cadres sont interrogés, met en lumière des réactions mitigées. 

Une préoccupation majeure de l'encadrement 

Quand on leur demande si leur entreprise s'est engagée pour réduire son empreinte carbone, la réponse des cadres est mitigée. Ils ne sont que 40% à juger que c'est le cas. 49% des personnes interrogées jugent que leur entreprise n'a rien fait. Et quand leur entreprise a bien fait quelque chose, 62% pensent que ça n'est pas suffisant. Et les trois quarts jugent que ces actions pourraient être beaucoup plus importantes à l'avenir. 

On voit au travers de cette enquête que lorsque les entreprises font des actions pour être plus vertes, elles sont appréciées. La satisfaction est visible chez les salariés, pensent une forte proportion de cadres, mais ces actions, estiment-ils, ne sont pas assez valorisées auprès des clients et des partenaires de l'entreprise. Il faut donc faire plus, et le faire mieux savoir, résument ces cadres.

À titre individuel, les salariés ont l'impression d'agir

Quand on leur demande si, personnellement, au travail, ces salariés font des gestes pour réduire l'impact environnemental de leur activité, c'est un oui sans nuances. Ils sont 71% à dire se comporter en bons citoyens, et 18% en très bons citoyens. Seulement un quart d'entre eux reconnait qu'ils ne font rien de spécial. Quand on les interroge sur les pistes à explorer, ces personnes interrogées pour l'enquête ont des idées. Beaucoup portent sur les déplacements. Il faudrait, disent-ils, favoriser le covoiturage entre les salariés, développer le télétravail, remplacer les réunions où l'on se déplace en personne par des visioconférences. Ils demandent aussi la mise à disposition des salariés de vélos électriques. Une autre idée est avancée : faire comme avec l'alimentation, favoriser les circuits courts, et donc privilégier les fournisseurs locaux.

Toujours sur les déplacements, bon nombre de personnes interrogées suggèrent de remplacer les voitures de fonction par des modèles moins luxueux et surtout électriques. Certains souhaitent que toute la flotte commerciale de leur entreprise passe à l'électrique. Et bon nombre sont attentifs aux petites choses de la vie quotidienne au travail, en souhaitant arrêter les gobelets en plastique à la machine à café.

Autant de suggestions qui montrent que les salariés sont prêts à faire des efforts et que les entreprises doivent s'engager résolument dans cette voie.

L'étude a été réalisée par Viavoice pour le Centre Society & Organizations (SnO) d’HEC Paris et franceinfo. Les interviews ont été effectuées en ligne du 7 au 9 novembre 2018, avec un échantillon de 400 personnes, représentatif de la population des cadres résidant en France métropolitaine. Représentativité par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, statut d’activité (secteur public ou secteur privé).

Des bacs végétalisés expérimentaux à l\'entreprise Icade à Paris en 2016 (illustration).
Des bacs végétalisés expérimentaux à l'entreprise Icade à Paris en 2016 (illustration). (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)