C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Télétravail renforcé : de nouvelles négociations

On va de nouveau beaucoup entendre parler de télétravail ces jours prochains. Après l’annonce de Jean Castex vendredi soir, les partenaires sociaux se réunissent lundi 1er février pour voir comment il peut être étendu. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le recours au télétravail à 100% a connu un très net recul entre novembre et fin janvier (illustration 05 novembre 2020).
Le recours au télétravail à 100% a connu un très net recul entre novembre et fin janvier (illustration 05 novembre 2020). (DOMINIQUE TOUCHART / MAXPPP)

Télétravail à 100%, ou bien quatre jours par semaine ? On est un peu perdu depuis l’annonce, vendredi 29 janvier, du Premier ministre. Jean Castex a donné un coup de clairon, appelant "dans toutes les entreprises et les administrations un recours effectif au télétravail renforcé". Il faut dire qu’il y avait eu du laisser aller, ces derniers temps. Un assouplissement qui avait du reste de bonnes excuses. Le 7 janvier, la ministre du Travail elle-même avait concédé que les salariés qui en éprouvaient le besoin pouvait, avec accord de leur employeur, revenir un jour par semaine au bureau.   

Une annonce qui a été suivie. Le recours au télétravail à 100% a connu un très net recul. Une étude très officielle produite par le ministère du Travail a enregistré une érosion très claire de la proportion de télétravailleurs qui passent tout leur temps chez eux. Une baisse de 15 points entre le mois de novembre et la fin janvier. On est passé de 45% de tout domicile à seulement 30%. 

Un risque d'isolement avec le télétravail

Cet assouplissement permis par Elisabeth Borne était intervenu à la demande des organisations patronales et syndicales. Qui pointaient des risques d’isolement des travailleurs, mais aussi des risques sur l’organisation du travail. C’est encore une étude du ministère du Travail qui montre que six télétravailleurs sur dix voulaient revenir au bureau parce qu’ils souffraient d’isolement. Le télétravail, ce sont aussi d’autres risques pour la santé : d’après une étude menée par Fellowes, près d’un télétravailleur sur deux souffre de douleurs occulaires; 39% ont des douleurs de dos et 31% des maux de tête.

Va-t-on revenir sur cette possibilité de revenir au bureau un jour par semaine ? Non, dans l’entourage d’Elisabeth Borne, on indique qu’il ne s’agit pas de changer les règles mais de les faire appliquer plus strictement. On va donc avoir droit ces jours prochains à davantage d’injonctions au télétravail, de la part du gouvernement. Des injonctions, il faut le rappeler, qui n’ont pas force de loi et qui laissent les entreprises libres de décider de leur organisation. Reste que pour éviter la propagation du virus, les entreprises ont un rôle capital à jour. D’après l’étude Comcor sur les lieux de contaminations, 29% des personnes infectées disent que la contamination s’est produit dans le milieu professionnel.

Le recours au télétravail à 100% a connu un très net recul entre novembre et fin janvier (illustration 05 novembre 2020).
Le recours au télétravail à 100% a connu un très net recul entre novembre et fin janvier (illustration 05 novembre 2020). (DOMINIQUE TOUCHART / MAXPPP)