C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Les VTC créent de l'emploi, selon une étude

Le secteur des VTC, des véhicules de transport avec chauffeur, se développe à toute allure et crée de l'emploi. C'est ce qui ressort d'une étude publiée ce matin par Uber et un cabinet de conseil : et c'est surtout en Ile-de-France que les effets sur l'emploi sont les plus spectaculaires.

Un chauffeur porte unTee-shirt UBER.
Un chauffeur porte unTee-shirt UBER. (AFP)

Les VTC, les véhicules de transport avec chauffeur sont de plus en plus nombreux. C'est un secteur qui crée de l'emploi. La quasi totalité de cette nouvelle activité - elle n'a que quatre ans - s'exerce en Ile-de-France. La région concentre 90% des VTC. Sur les six premiers mois de l'année, selon le Boston Consulting group, un cabinet de conseil, la filière VTC y aurait carrément créé un emploi sur quatre. Au niveau national, on en serait à un emploi sur six. En juin de cette année, 22 000 personnes exerçaient l'activité de chauffeur privé en Ile-de-France et dans les grandes agglomérations françaises. Sans compter que les chauffeurs entrainent derrière eux tout un éco-système : vendeurs et loueurs de voitures, assureurs, cabinets d'expertise comptable et centres de formation et d'examens agréés. Des chiffres que le ministère du Travail n'est toutefois pas en mesure de confirmer et le secteur est soumis à de fortes pressions de toutes parts.


Environ la moitié d'entre eux étaient au chômage, dont un tiers depuis plus d'un an. Ils viennent surtout de territoires où le chômage est élevé. Une autre étude des greffes des tribunaux de commerce, qui date de juin dernier, avait déjà noté qu'en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, le Val d'Oise ou l'Essonne, le secteur des VTC était au premier rang des créations d'entreprise. Ces nouveaux chauffeurs gagnent en moyenne entre 1 400 et 1 600 euros nets par mois pour un temps plein.

Conséquence : le prix de la licence de taxi baisse

Toujours d'après le Boston consulting group - qui a fait ce travail pour le compte d'Uber, il faut le préciser - la filière pourrait peser 3,9 milliards d'euros - contre 800 millions cette année - et créer 80 000 emplois si le nombre de chauffeurs par habitants était l'équivalent de celui qui a cours à Londres ou à New York. Mais l'une des conséquences de cette explosion des VTC, c'est la baisse du prix de la licence de taxi : elle a perdu 5% par an depuis trois ans.

En bref

Les entreprises françaises sont en avance sur les allemandes et les anglaises en ce qui concerne l'adoption des outils comme le CRM, le logiciel de gestion de la relation client, ou encore les outils de travail collaboratif. Selon l'éditeur de logociel Wrike cette meilleure utilisation serait à l'origine d'une plus grande productivité des salariés français par rapport à leurs voisins.

Un chauffeur porte unTee-shirt UBER.
Un chauffeur porte unTee-shirt UBER. (AFP)