C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Les start-up peinent à recruter

La crise sanitaire n'a pas freiné les start-up dans leurs intentions de recrutement. Selon une étude publiée ce mardi, près de 75% de ces jeunes pousses ont l'intention d'embaucher en CDI cette année.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(VINCENT ISORE / MAXPPP)

Plus de 25 000 emplois directs seront créés par des start-up en 2021. Selon cette étude du cabinet de recrutement Hays, publiée mardi 6 avril et réalisée auprès de plus de 150 start-up, la crise n'empêche pas les embauches. 93% des jeunes pousses interrogées comptent étoffer leurs équipes cette année.

Les trois quarts vont proposer des CDI, tandis que 25% cherchent des travailleurs indépendants et 14% des consultants. Mais un point commun réunit toutes ces jeunes sociétés qui se lancent : elles ont du mal à trouver les bons profils, elles se disputent les mêmes candidats et elles ne peuvent pas rivaliser avec les grands groupes.

Une bataille acharnée pour attirer les développeurs

Les start-up cherchent d'abord des vendeurs, pour trouver des clients. Les développeurs, ceux qui vont créer des programmes informatiques, ne viennent qu'en deuxième position et assez loin derrière. Il faut aussi des spécialistes du marketing pour faire connaître les produits.

Et tous ces gens sont difficiles à trouver. Ces petites sociétés ont du mal à attirer les candidats. Les trois quarts de celles qui ont recruté au cours des douze derniers mois ont connu des difficultés de recrutement. 14% qualifient ces difficultés comme "extrêmes". Ce sont les développeurs informatiques qu'elles ont le plus de mal à faire venir. Il y a une bataille acharnée autour de ces candidats : tout le monde a besoin des mêmes profils. Et les start-up reconnaissent qu'elles ne sont pas en mesure de proposer les mêmes salaires que les grands groupes, qu'elles n'offrent pas la même sécurité de l'emploi ni les mêmes avantages.

Savoir travailler en équipe

Ces recrutements sont d'autant plus durs que les entreprises sont exigeantes sur les qualités recherchées. Il n'y a pas que les compétences techniques qui sont importantes pour travailler dans une start-up. Les recruteurs interrogés disent qu'ils attendent avant tout des candidats qu'ils soient capables de travailler en équipe, de travailler en autonomie et de manière proactive. Il faut aussi qu'ils aient une véritable passion pour le produit vendu et qu'ils partagent la vision et la stratégie des fondateurs. Des gens prêts à s'engager à fond, pas toujours faciles à trouver sur le marché du travail.

(VINCENT ISORE / MAXPPP)