C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Les nouvelles technologies contribuent à faire baisser le chômage

Les derniers chiffres du chômage de 2016 font état d'une remontée, mais d'une baisse pour l'année entière. Les nouvelles technologies peuvent contribuer à réduire le chômage, en rendant la recherche d'emploi plus simple et plus efficace. De plus en plus de sites utilisent pour cela d'immenses bases de données et des logiciels très complexes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un ordinateur de Pôle emploi au service des chômeurs à Paris, le 25 mars 2016.
Un ordinateur de Pôle emploi au service des chômeurs à Paris, le 25 mars 2016. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

L'information n'a pas fait les gros titres et pourtant elle a marqué le monde du recrutement : le site d'emploi Qapa.fr vient de "lever" 11 millions d'euros. Ça veut dire que des investisseurs parient gros sur son succès. Qapa, c'est un site d'emploi, surtout basé sur l'intérim, qui utilise la technique du "matching". Grâce à un logiciel maison et des mégadonnées, Qapa est censé mettre la bonne personne en rapport avec le bon poste.

Mieux, le site affirme qu'il peut vous proposer des emplois qui ne sont pas exactement les vôtres mais dont il a "compris" que vous en aviez toutes les qualités. Il n'est pas le seul à lire ainsi dans vos lignes de la main. De plus de services en ligne utilisent les algorithmes et brassent les mégadonnées pour mieux faire se correspondre l'offre et la demande sur le marché du travail. Pôle emploi s'y met, Randstad, Linkedin, Jobijoba, Monster ou Clustree ont adopté le "matching".

Et ça va aller de plus en plus loin. Pour un candidat en recherche, un site qui intégre ces technologies est capable de lui donner des résultats qui sortent des sentiers battus. Le site, lui, propose des offres qu'il n'aurait pas regardé. Pourquoi ? Parce que l'intelligence artificielle permet de détecter des compétences et des expériences que le candidat considère comme secondaires mais qui lui permettent de décrocher tel poste, moyennant une formation.

Apporter plus d'objectivité au recrutement

Aujourd'hui, un recruteur prend les CV par le haut de la pile. Le tri est incomplet et discriminant. Le matching et l'intelligence artificielle permettent un tri objectif et sans jugement. Riminder, une start-up française, peut traiter 5 000 CV en 23 secondes. Clustree, une autre start-up française, permet d'identifier les meilleurs candidats en interne. Et prédire ceux qui seront les meilleurs à tel poste à pourvoir. Le recruteur peut alors se baser sur l'essentiel : évaluer les compétences, celles acquises et celles à acquérir, et juger le savoir-être de la personne, s'assurer qu'il peut bien s'intégrer à l'entreprise.

En bref

Les salariés français sont confiants sur le numérique. Si près de neuf sur dix estiment que leur métier a déjà été impacté par le numérique, ils sont 40% à être sûrs que cela aura des conséquences positives sur le métier, notamment en le rendant plus intéressant, selon la Telecom Ecole de management.

Un ordinateur de Pôle emploi au service des chômeurs à Paris, le 25 mars 2016.
Un ordinateur de Pôle emploi au service des chômeurs à Paris, le 25 mars 2016. (JACQUES DEMARTHON / AFP)