C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. D'une carrière dans le monde politique à monitrice de voile

Tout l'été dans "C'est mon boulot" on s'intéresse à ceux qui ont changé de métier, changé de vie. Vendredi, Amandine Deslandes, qui a renoncé à une carrière dans le monde politique pour apprendre la voile aux managers.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(WEST COAST SURFER / MOODBOARD)

Tout avait bien commencé pour Amandine, avec "un emploi à vie", dit-elle, à la Sécurité sociale. Responsable RH de 2 300 salariés. Mais une première opportunité se présente : "Je me suis retrouvée à 30 ans chef de cabinet du président de la Communauté urbaine Marseille-Provence." De l'argent, des invitations partout, la vie facile. On l'envie et on la jalouse : "Après, pour étre tout à fait honnête, je crois que cela m'a monté à la tête." Alors Amandine démissionne de nouveau. Pour reprendre des études : "J'ai décidé de passer l'Executive MBA d'HEC Paris. J'y suis allée un peu au culot, je l'avoue. Et ça a marché." Et pour ça elle s'endette sur dix ans.

En principe ce genre de formation, c'est pour grimper encore plus haut, dans l'entreprise privée. Pas pour Amandine. Son compagnon, navigateur de courses au large, a créé sa petite entreprise : "Il avait envie de développer une offre de formation en utilisant la voile comme outil pédagogique et je me suis qu'il y avait là un potentiel de dingue !" Des exercices de navigation, de prise de décision, de constitution d'équipe, couplée avec de la théorie sur le management et le leadership. Amandine est donc passée du monde politique à celui de la création d'entreprise. Son lieu de travail : la rade de Marseille, les Antilles... Elle travaille tout le temps, mais elle ne s'en plaint pas : "Je me sens alignée en fait. Je crois que je n'ai jamais autant bossé, mais ça ne m'a jamais aussi peu posé de problèmes."

(WEST COAST SURFER / MOODBOARD)