Les bienfaits d'avoir un chien à la maison

écouter (3min)

Un chien à la maison, grandir avec un chien peut aussi apporter une immunité contre une maladie digestive : la maladie de Crohn. Les précisions de Géraldine Zamansky. 

Article rédigé par
Géraldine Zamansky - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Grandir avec un chien protègerait les membres d'une même famille contre la maladie de Crohn.  (PRZEMYSLAW ICIAK / EYEEM / GETTY IMAGES)

Vous avez un chien qui vous remonte le moral et vous aide à sortir marcher tous les jours ? Et bien, en plus, il apporterait à votre famille une protection contre une maladie digestive. Géraldine Zamansky, journaliste au Magazine de la Santé sur France 5 nous explique pourquoi.

franceinfo : Une étude canadienne montre vraiment qu’avoir un chien réduirait le risque d’avoir cette maladie, la maladie de Crohn ?
 

Géraldine Zamansky : Oui, Williams Turpin, l’auteur principal de cette étude m’a d’ailleurs confié que c’était une surprise. Elle est issue de l’analyse des réponses de milliers de volontaires sur leurs conditions de vie pour voir ce qui pouvait favoriser ou au contraire empêcher, l’apparition de cette maladie de Crohn. C’est une inflammation de l’intestin dont les symptômes peuvent vraiment être très pénibles.

On sait déjà qu’il y a une part de transmission génétique mais elle n’explique pas tout. L’équipe de Williams Turpin a donc posé beaucoup de questions sur l’enfance des volontaires. La taille de leur famille, s’ils avaient grandi en ville ou dans une ferme, en buvant de l’eau issue d’un puits. Et, vous l’avez dit, avec ou sans chien ! Pour cette question, le résultat est très net. Le fait de grandir avec un chien réduit de 40% le risque d’avoir une maladie de Crohn.

Presque deux fois moins de risque, c’est impressionnant !

Oui, vraiment. Et en plus des chiens, vivre ses 12 premiers mois dans une famille d’au moins 4 personnes est aussi protecteur. Alors Williams Turpin pense qu’il y a un lien avec ce qu’on appelle l’hypothèse hygiéniste.

C’est-à-dire que grandir isolé dans un environnement trop propre ne stimule pas bien nos défenses immunitaires. Elles n’apprennent pas à distinguer ce qui est vraiment dangereux de ce qui ne l’est pas. Alors elles se déclenchent ensuite anormalement contre des bactéries dont on a besoin dans l’intestin, le fameux microbiote. Cela peut créer une inflammation locale chronique, comme la maladie de Crohn.  

Et un chien serait donc un bon éducateur de défenses immunitaires ?

Tout à fait, un pouvoir qu’ils ne partagent pas avec tous les animaux domestiques. Williams Turpin m’a bien précisé qu’ils n’avaient pas trouvé le même résultat avec les chats. C’est peut-être parce que les chiens, distribuent plus de généreux coups de langue aux membres de leur "famille humaine". Un vrai partage de bactéries.

Sans oublier les caresses où les mains plongent dans des poils pas forcément impeccables. Et les tout petits, c’est bien connu, mettent ensuite facilement la main à la bouche. Donc chacun de ces moments seraient de précieux cours pour les défenses immunitaires. Et si l’effet est maximal dans l’enfance, selon Williams Turpin il persiste à tous les âges.

Mais attention, un chien, c’est une lourde responsabilité. Pas d’adoption sans longue réflexion, même pour raison médicale ! 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.