C'est comment ailleurs ? , France info

C'est comment ailleurs ? La pédophilie dans l'église irlandaise

Alors que l'évêque de Dax a démissionné pour "des attitudes inappropriées" vis à vis des jeunes, franceinfo s’intéresse à l’Irlande, très touchée par le fléau de la pédophilie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(? CATHAL MCNAUGHTON / REUTERS / X02612)

Les affaires de pédophile en Irlande ont été révélées par étapes, tout au long des années 90 et 2000, à l'occasion d'arrestations, de la publication de plusieurs enquêtes ou rapports qui ont révélé des faits remontant jusqu'aux années 40. A chaque fois, la presse irlandaise s'en est emparée et l'opinion a été bouleversée dans ce pays très catholique. Le Vatican a fini par s'excuser.

Premières révélations

Dans les années 90, un prêtre a été arrêté et condamné à la prison pour avoir abusé sexuellement de plus de 100 enfants pendant 40 ans. Puis, au début des années 2000, près de 3 000 adultes affirment avoir été abusés sexuellement dans des institutions catholiques.

Rapport d’un archevêque

Les révélations suivantes sont arrivées en 2006. L'archevêque de Dublin présente les résultats d'une enquête menée dans son diocèse. Il en ressort que plus de 100 prêtres et membres d'ordres religieux sont accusés d'abus sexuels contre des enfants dans son archidiocèse depuis 1940. 350 victimes sont clairement identifiées. Mais des dizaines d'autres ont peut-être aussi été abusées.  

2009 et le rapport Ryan

En 2009, deux rapports coup sur coup vont encore ternir l'église irlandaise. Là, ce sont des juges qui font des révélations.

En mai 2009 sort le rapport du juge Ryan qui a enquêté pendant neuf ans. Sur 35 000 enfants placés dans des écoles catholiques, dans des maisons de correction ou des institutions pour handicapés, plus de 2 000 déclarent à la commission Ryan qu'ils ont subi des abus physiques ou sexuels, notamment de la part de prêtres.

2009 et le rapport Murphy

Le deuxième rapport accablant arrive six mois plus tard, en novembre 2009. Le rapport du juge Murphy pointe cette fois-ci la responsabilité de la hiérarchie catholique. Quatre archevêques successifs de Dublin sont accusés d'avoir caché, couvert et étouffé des abus sexuels entre 1975 et 2005.

Pendant ces 30 année, la préoccupation de l'archevêché était avant tout de maintenir le secret pour sauver la réputation de l'église et pour préserver ses biens. Tout le monde était au courant, et la police a été très lente, notamment en raison de la déférence vis à vis de l'église. Souvent les plaintes n'étaient même pas instruites.

Conséquences

Après les rapports de 2009, le conseil des évêques irlandais a présenté ses excuses et plusieurs évêques ont démissionné. En mars 2010, le pape Benoit XVI a présenté ses excuses dans une lettre adressée aux catholiques d'Irlande. Il y reconnait la responsabilité de l'église.

Enfin, des indemnisations ont été versées aux 15 000 victimes du scandale, payées à 90% par l'Etat irlandais, c'est à dire le contribuable, le reste par l'église.

(? CATHAL MCNAUGHTON / REUTERS / X02612)