Un été de scénaristes : Vehlmann, ici et au-delà

écouter (33min)

Tout l'été, "BD, Bandes dessinées" brosse le portrait de fameux scénaristes du 9e art. Episode 2 : Fabien Vehlmann, de la BD jeunesse à la science-fiction, de l'aventure historique à l'érotisme, pour conjurer les cauchemars de l'enfance.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
FABIEN VEHLMANN, EN QUETE D'AILLEURS (KERASCOËT, DUPUIS / BRUNO GAZZOTTI, DUPUIS / TANQUERELLE ET BLANCHARD, DUPUIS)

Fabien Vehlmann est un scénariste touche à tout. Contes et légendes, fables philosophiques, récits historiques, fantastique pour enfants, reprise de héros mythiques avec Spirou, érotisme, science-fiction avec Le dernier Atlas qui lui valut avec Gwen de Bonneval le prix Goscinny 2020 du scénariste de l’année, il s’amuse dans tous les registres et s’adresse à tous les publics.

Nous l’avions remarqué au début des années 2000, lorsqu’il écrivait les aventures du Marquis d’Anaon, dessinées par Matthieu Bonhomme. Ensuite, Vehlmann a rencontré le succès avec la série Seuls, dessinée par Bruno Gazzotti. Une histoire d’enfants qui errent dans les limbes. La mort, une aventure pour préadolescents ? Il fallait oser ! La série est récompensée à Angoulême par le prix du jury 9-12 ans.

Le travail de Fabien Vehlmann était en bonne place dans l’exposition que le festival international de la bande dessinée a consacrée cette année aux raconteurs qui ne dessinent pas. Pour sa capacité, justement, à aborder des sujets périlleux. 

"L’histoire 'Jolies ténèbres' m’a particulièrement marquée. Vehlmann y tente un mélange entre l’univers de l’enfance et un événement sordide, le viol et le meurtre d’une fillette. Il raconte ça en creux en utilisant l’univers du conte."

La scénariste Loo Hui Phang

à franceinfo

Jolies Ténèbres avait été dessiné par le duo Kerascoët, aux éditions Dupuis.

Les mois qui viennent devraient voir la sortie du quatorzième volume de la série Seuls. L’album aura pour titre Les protecteurs. Les auteurs y puisent encore leur inspiration dans les souvenirs douloureux de l’enfance.  

"Ce sont des souvenirs douloureux, évidemment. Mais c’est pour ça qu’on fait ce métier. 'Seuls' permet ce dialogue entre les adultes et les angoisses des enfants."

Le dessinateur Bruno Gazzotti

à franceinfo

Seuls, aux éditions Dupuis devrait au final compter 21 volumes. Et figurez-vous que la conclusion en est déjà écrite.

Fabien Vehlmann n’en a pas fini avec ses obsessions. Sa nouvelle série jeunesse s’appelle La Cuisine des Ogres, aux éditions Rue de Sèvres. Jean-Baptiste Andréae en assure la mise en images. Le premier volume, à paraître, a pour titre Trois fois morte.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.