Cet article date de plus de dix ans.

BD Boum 2011, l’année Gibrat

écouter (2min)
Le 28e festival BD de Blois se tient le week-end prochain. C’est un événement France info.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
 (©)

Signée Jean-Pierre Gibrat, l’affiche de cette 28e édition de BD BOUM présente une jeune fille à l’ancienne, en bottines à lacets, portant gants blancs et petit chapeau à plumes, assise sur le parapet de pierre qui domine la Loire à Blois. Derrière elle, la ville aux toits bleutés se découpe sur le ciel chargé. Cette jeune fille a forcément un air de famille avec Jeanne, Cécile et toutes les figures féminines qui peuplent les albums de Jean-Pierre Gibrat, aujourd’hui l’un des dessinateurs français de bande dessinée les plus admirés du public. Gibrat, auteur social et historique : en témoigne Le vol du corbeau, Le sursis ou sa série en cours Matteo . L’exposition qui lui est consacrée à l’espace Expo 41 sera sans nul doute le rendez-vous incontournable du festival de Blois qui se tient vendredi, samedi et dimanche prochain. Egalement musicien –c’est un très bon guitariste électrique- , Gibrat se produira en concert vendredi soir au chato’do.
BD BOUM donnera à voir une demi-douzaine d’expositions. Il ne faut pas manquer Les trois mousquetaires du maquis , soit les planches originales d’un trésor de la bande dessinée que l’on doit à Marijac. L’auteur disparu en 1994 s’était engagé dans la résistance. Après guerre, il avait proposé cette BD humoristique et sympathique dans coq Hardi, l’hebdomadaire qu’il venait de créer.

On est curieux encore de voir à la bibliothèque Abbé Grégoire la fresque qui déploie l’hallucinant zoom graphique de l’album 3’’ de Marc-Antoine Mathieu, l’un des événements de la rentrée BD.

Seront exposés à Blois encore cette année, le travail pour la jeunesse de Brigitte Luciani et Eve Tharlet Monsieur Blaireau et madame Renarde, Les souvenirs de Mamette de Nob, et Carnets d’Orient de Jacques Ferrandez, autour de sa grande saga de la présence française en Algérie.

Enfin, notez que nous reparlerons à l’occasion de BD Boum de 12 septembre, l’Amérique d’après , le livre coédité par Casterman et Radio France, et qui a noué  par-dessus l’Atlantique des dialogues inédits entre littérature, journalisme, bande dessinée, dessins de presse et architecture. Le dessinateur Miles Hyman et votre serviteur raconteront cette aventure lors d’une rencontre avec le public samedi à 17H.

BD Boum, Festival de bandes dessinées à Blois, un événement France info les 18, 19 et 20 novembre.

 

Tous les 15 jours, Jean-Christophe Ogier accueille ici la
chronique "Info manga" de Laetitia de Germon de la rédaction de
franceinfo.fr. Pour vous guider parmi les nombreuses, parutions,
Laetitia vous livre sa sélection et ses coups de coeur.

Sous notre atmosphère d'Osamu Tezuka aux Edtions H

Les
Editions H livre un recueil de seize nouvelles d'Osamu Tezuka
originellement prépubliées entre 1968 et 1970 dans l'un des premiers
magazines de manga au Japon à viser un public de jeunes adultes, Play Comic
des éditions Akita Shote. On y croise un prisonnier en fuite qui prend
un couple et leur bébé en otage, une fugueuse amoureuse d'un clochard,
un espion industriel ou encore un homme qui décide d'épouser son robot.
Ce livre se termine sur une postface de Xavier Hébert, co-traducteur et
adaptateur du recueil et spécialiste d'Osamu Tezuka.

Un très bon
recueil dont le cynisme peut éventuellement déranger certains lecteurs.
Les récits, assez courts et dont la conclusion est souvent étonnante,
nous plongent dans des univers étranges, cocasses, parfois glauques,
insidieux, à la limite du paranormal et mélangeant les genres :
science-fiction, mystère, thriller, western...

Lire un extrait de Sous notre atmosphère

Hideout de Masasumi Kakizaki chez Ki-oon

Seiichi
Kirishima est un écrivain à succès, mari comblé et papa d'un jeune
garçon. Tout bascule cependant le jour où son éditeur met fin à leur
collaboration. Les ténèbres s'immiscent dans sa vie. Il se retrouve très
vite criblé de dettes, et, aprè la mort de son fils, son couple bat de
l'aile. A bout de nerfs, Seiichi Kirishima entraîne sa femme sur une île
pour se débarrasser d'elle. Rien ne se passe comme prévu et la descente
aux enfers ne fait que commencer.

Un one-shot brut, aux
graphismes très noirs et bien maîtrisés, dont l'histoire, si elle reste
très classique, n'en est pas moins prenante. Masasumi Kakizaki
transforme une chasse à l'homme en huis-clos oppressant. Un manga
d'épouvante dont l'ambiance ne retombe pas et qui remplit bien sa
mission.

La bande-annonce de Hideout
Lire un extrait de Hideout

Venus ni arazu de Yuki Yoshihara chez Panini Manga

Yoshiko
Misyoshi rêve de devenir mannequin, mais ne décrochant que de petits
contrats, elle est obligée de poser comme modèle vivant dans une école
d'art. Très vite, elle va découvrir qu'elle travaille pour Chujo Taro,
un célèbre sculpteur, qui a les mains très baladeuses. Mais,
contrairement à ce qu'elle croit, le maître ne s'intéresse pas à la
bagatelle, mais uniquement à sa structure osseuse. Le plus dur pour
Yoshiko Misyoshi va être des rester concentrée sur son travail sans
tomber sous le charme du sculpteur.

Yuki
Yoshihara revient avec une histoire dans le style de ses précédents
manga et qui fait son succès. avec un graphisme similaire à ses autres
ouvrages, ce manga en deux tomest est assez drôle et plaira aux fans de
Yuki Yoshihara. En bonus, une histoire courte est ajoutée à la fin de
chaque tome.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.