Raconte-moi un manga : "Barakamon", de Satsuki Yoshino

écouter (3min)

Chaque dimanche Laetitia de Germon nous fait découvrir un manga "feel good", léger, et qui met de bonne humeur. Sixième épisode : "Barakamon", de Satsuki Yoshino.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Barakamon (© Satsuki Yoshino / SQUARE ENIX CO., LTD. / Ki-oon)

Calligraphie, humour et tranche de vie sont au rendez-vous dans Barakamon, le manga de Satsuki Yoshino. Après avoir perdu ses nerfs face à la critique d'un conservateur de musée, Seishû Handa, jeune étoile montante de la calligraphie japonaise, est envoyé en exil par son père sur une des îles Goto, au sud-ouest du Japon. Un bouleversement pour le jeune homme qui n'a jamais quitté le confort urbain et la bienveillance de sa mère. Seul, il se retrouve livré à lui-même dans un monde inconnu et rempli de surprises.

Seishu Handa : Enfin arrivé, c’est pas trop tôt
Le maire : Le but passe une fois par jour, vous pouvez appeler un taxi mais ils ne sont pas nombreux.

Première épreuve pour le jeune calligraphe : s’acclimater aux mœurs locales et surtout dompter les enfants du village qui avaient fait de sa maison leur repère secret. Parmi eux, Naru, une fillette espiègle avec laquelle il va nouer une relation quasi-paternelle.

Seishu Handa : Dis moi Naru, vous venez de finir un trimestre. Tu dois donc l’avoir reçu.
Naru : De quoi ?
Seishu Handa : Ton bulletin
Naru : Oups !

Barakamon (© Satsuki Yoshino / SQUARE ENIX CO., LTD. / Ki-oon)

Dans ce nouvel univers, Handa va lâcher prise et passer un cap dans son rapport à la calligraphie et retrouver la passion originelle qui l’animait à ses débuts.

Seishu Handa : J’avais mis toute mes tripes dans cette calligraphie, vous ne pouvez pas comprendre. Je me rends compte que si on me retire la calligraphie, je ne suis plus bon à rien

À l’instar du Petit prince où le voyageur communique avec l’enfant en dessinant un mouton, ici l’épanouissement de la relation entre Handa et Naru se fait via l’art ancestral de la calligraphie. On découvre non seulement la ruralité nippone, via un quotidien des plus picturaux, tout en s’attachant à une ribambelle de personnages aussi originaux que sympathiques. Ces aventures drôles et imprévisibles dessineront immanquablement un sourire sur votre visage !

Barakamon, de Satsuki Yoshino, est une série terminée en 18 tomes, publiés chez Ki-oon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.