Au fil de l'eau. Et si on faisait revivre la Bièvre à Paris ?

écouter (3min)

Redonner vie à un cours d'eau enterré et transformé en égout. Au fil de l’eau aujourd’hui avec Benoît Kayser, responsable de la renaissance de la Bièvre.  

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Bièvre est une rivière de 36 kilomètres qui prend sa source à Guyancourt dans les Yvelines.   (ANDY LECOQ / MAXPPP)

La Bièvre est une rivière de 36 kilomètres qui prend sa source à Guyancourt dans les Yvelines. Jusqu'à la fin du 19ème siècle, elle entrait dans Paris du côté de la porte d'Italie avant de se jeter dans la Seine au niveau de la gare d'Austerlitz. Pour des raisons sanitaires, elle a été progressivement canalisée et enterrée sous les constructions.

Aujourd'hui une partie de la rivière poursuit son cours naturel hors de Paris et le Conseil de Paris souhaite la faire revivre au sein même de la capitale. On en parle avec Benoît Kayser, chef de projet Bièvre au département du Val-de-Marne. 

franceinfo : Racontez-nous l’histoire de ce cours d’eau  

Benoît Kayser : Pendant longtemps, la Bièvre a été un pôle économique important à Paris car toutes les entreprises qui avaient besoin d'eau pour fonctionner s'installaient le long de la rivière. Des meuniers aux tanneurs en passant par les blanchisseuses et les teinturiers, tous les artisans choisissaient les berges de la Bièvre qui leur permettait de s'approvisionner en eau mais aussi de se débarrasser des eaux polluées. Au fil des ans, la rivière est devenue un égout à ciel ouvert et quand le baron Haussmann s'est attaqué au plan de rénovation de Paris, il a été décidé d'assainir la capitale et de créer des égouts. C'est ainsi que la Bièvre a disparu sous le béton.  

En quoi consiste le projet de renaissance de la Bièvre ?

La principale difficulté est de faire revivre la rivière dans des zones déjà construites. Il faut une construction en profondeur pour pouvoir ancrer solidement les berges. Avant même de parler de renaturation de l'espace, il faut analyser la tenue physique des sols et faire des ancrages à 15 mètres de profondeur avec des pieux et des colonnes de béton. Ce système permet d'épargner les constructions tout en faisant renaître la Bièvre avec un sol argileux et des berges végétalisées.

Comment éviter les inondations ?    

Pour permettre la renaturation de la Bièvre, des bassins de rétention d'orages ont été mis en place depuis une vingtaine d'années. Dans le Val de Marne, deux bassins ont été installés sur l'ensemble du parcours de la rivière. Ils permettent de stocker jusqu'à 100 000 mètres cube d'eau. C'est un moyen de gérer la logique environnementale et hydraulique de la rivière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Au fil de l'eau

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.