"Jaurès en duel" de Frédéric Potier

Gilbert Chevalier a choisi aujourd'hui deux petits livres, l'un sur le duel de Jaurès il y a 120 ans, et une réflexion sur le thème du boycott des événements sportifs.
Article rédigé par Gilbert Chevalier
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
"A livre ouvert", la sélection de Gilbert Chevalier, tous les samedis et dimanches cet été. (2011 JAZID / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

C'est un épisode peu connu de l'histoire, Jaurès en duel, de Frédéric Potier, paru aux éditions Le Bord de l'eau avec la Fondation Jean-Jaurès. La France, on l'a beaucoup répété, a été très longtemps un pays où l'on se battait en duel, pour un oui ou pour un non.

Et c'est ainsi qu'il y a 120 ans, deux hommes étaient face à face, et l'un des deux duellistes était le ténor de la vie politique de l'époque, Jean Jaurès. Étonnant de la part du socialiste, homme raffiné, lettré et surtout pacifiste. Son adversaire s'appelle lui, Paul Déroulède, figure de la droite nationaliste, exilé en Espagne, pour une tentative ratée de coup d'État. L'affrontement est organisé le 6 décembre 1904, à Hendaye, à la frontière franco-espagnole, Jaurès a dû s’y résoudre pour laver son honneur au risque sinon de passer pour un homme faible et sans courage.  

Et c'est ce que nous raconte, avec beaucoup de détails, Frédéric Potier, du départ de Jean Jaurès, de la gare d'Orsay avec sa famille et ses proches amis politiques. Chaque étape ou arrêt dans les gares, sur le trajet, est l'occasion de débats ou de discussions. Un petit livre passionnant qui, au-delà de ce duel, nous rappelle que les débats politiques de l'époque étaient largement aussi violents que ceux d'aujourd'hui. Enfin, pour l'anecdote, l'auteur Frédéric Potier, préfet, est en ce moment en Nouvelle-Calédonie, pour tenter de remettre autour d'une table de négociations, indépendantistes et anti-indépendantistes.

Autre petit livre très instructif en plein Euro et avant les JO de Paris, Evénements sportifs : faut-il les boycotter ? de Franck d'Agostini aux éditions La Martinière Jeunesse. Et dans ce petit texte d'une trentaine de pages, texte très didactique, qui pose avec une très grande clarté toutes les contradictions que porte le sport en général, et le football en particulier, l'auteur a travaillé dans différentes instances sportives ou comité d'organisation d'événements internationaux et il affirme lui-même porter ces contradictions.

Il a fallu me situer, dit-il, entre l'enclume de la passion et le marteau de la réalité. D'un côté, un socle d'émotions, de souvenirs, de grands idéaux. Et de l'autre, la violence du sport et d'un système sous toutes ses formes : violences sexistes, sexuelles, physiques, verbales, discriminations, corruption,tricherie ou encore dopage. Et cette réflexion sur le boycott sous toutes ses formes que nous soumet Franck d'Agostini, a pris racine peu avant le Mondial de foot au Qatar, quand l'un de ses proches lui a posé la question du boycott (non-respect des droits humains, catastrophe environnementale, soupçons de corruption). Et l'auteur n'a pas pu lui répondre, si ce n'est qu'il lui a souhaité un bon sevrage, et l'autre de lui répondre "Bon servage".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.