Service national universel, mixité à l'école, retraites... Ce qu'il faut retenir de l'interview du "8h30 franceinfo" d'Alexis Corbière

Le député LFI de Seine-Saint-Denis était l'invité du "8h30 franceinfo", vendredi 19 mai 2023
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 24 min
Alexis Corbière, invité du "8h30 franceinfo" du vendredi 19 mai 2023 (RADIOFRANCE/FRANCEINFO)

Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis était l'invité du "8h30 franceinfo" ce vendredi 19 mai 2023. Service national universel (SNU) mixité à l'école, inflation... Il répondait aux questions de Jules de Kiss et Neïla Latrous.

SNU (Service national universel) : "Il est hors de question qu'on supprime 12 jours de classe à nos élèves"

"Quelle pétaudière depuis le début, cette histoire, on en vient à une idée extrêmement mauvaise !", déplore Alexis Corbière alors que le gouvernement envisage la mise en place dès la rentrée de septembre d'un stage de cohésion de 12 jours pour les élèves de seconde, pendant le temps scolaire. Le député s'insurge contre cette mesure : "Il est hors de question qu'on supprime 12 jours de classe à nos élèves, il faut au contraire en rajouter, il faut plus d'enseignants, et malheur à ceux qui voudront engager une telle politique, nous nous y opposerons". Selon lui, il faut "arrêter de perdre du temps sur des gadgets absurdes, idiots, tout ça est absurde". Alexis Corbière affirme qu'il est pour "que notre jeunesse soit engagée dans de grands projets qui sont utiles" mais pas de cette façon, "dans des bricolages systématiques qui font honte".

Mixité sociale à l'école : "Le ministre de l'Education nationale vient de subir une déroute"

"Le ministre de l'Education nationale vient de subir une déroute", déclare Alexis Corbière au sujet du plan présenté cette semaine par Pap Ndiaye sur la mixité sociale et scolaire. L'Education nationale a signé mercredi un protocole d'accord avec l'enseignement catholique annoncé depuis plusieurs mois, par lequel le privé sous contrat s'engage notamment à augmenter la part de ses élèves boursiers mais sans obligation. Pour le député insoumis, "tout ça est un gigantesque coup d'épée dans l'eau". Il regrette le caractère non-obligatoire des mesures qui, selon lui, "ne seront pas suivies d'effets". "Quand un ministre est ridiculisé comme l'a été Pap Ndiaye je dis : danger", poursuit-il. 

Pour Alexis Corbière, "notre école est en danger". Le député défend un modèle de mixité scolaire : "La République commence à l'école. Aujourd'hui l'indice de positionnement social (CNRS) nous dit que se concentrent dans les établissements privés, les enfants des catégories les plus favorisées et qu'on retrouve dans les établissements publics une concentration d'élèves en difficulté dans certains endroits". L'élu dénonce une "forme de séparatisme scolaire qui se met en place" et pointe du doigt le fait que les "établissements privés soient financés à 73% par de l'argent public [...] Je suis pour garder la liberté de choix des parents mais pourquoi de l'argent public doit aider à cela ?". Selon lui, ça cache un problème plus profond, un manque de confiance des parents dans le public : "Je suis pour des politiques de reconquête de confiance dans l'école républicaine qui passe par des moyens supplémentaires".

Proposition de loi Liot contre la réforme des retraites : "Le gouvernement a peur, il triche, il est mauvais joueur" 

Questionné sur le texte présenté par le groupe Liot le 8 juin à l'Assemblée pour abroger la réforme des retraites, Alexis Corbière répète que oui "il faut le voter évidemment". Concernant la déclaration de la Première ministre qui  juge cette proposition "anticonstitutionnelle", le député répond que le "gouvernement a peur parce qu'il sait qu'il est minoritaire à l'Assemblée nationale et donc il triche, il est mauvais joueur, il essaie d'utiliser ce qu'il y a de moins démocratique dans la Constitution pour empêcher ça. Honte à eux." Le député insiste sur le fait que "ce texte doit être débattu" à l'Assemblée et ajoute : "Malheur à celui qui veut interdire les députés de débattre d'un sujet d'intérêt général. Nous allons débattre le 8 juin et nous allons gagner", affirme-t-il avant de juger que "Madame Borne se ridiculise".

Polémique autour de Carlos Martens Bilongo : "C'est un homme honnête et j'ai confiance en lui"

Concernant les soupçons de blanchiment de fraude fiscale et d'abus de biens sociaux dont fait l'objet le député LFI Carlos Martens Bilongo, Alexis Corbière affirme avoir "confiance en lui", un "homme honnête" qu'il apprécie et qu'il qualifie de "frère". Le député invité sur franceinfo attend d'avoir tous les éléments pour se prononcer sur ce dossier mais reste prudent : "Nous sommes les premiers à dénoncer la fraude mais on a un collègue qui nous dit que ce n'est pas exact". Carlos Martens Bilongo est soupçonné d'avoir dissimulé des revenus au fisc et d'avoir continué à occuper un logement social pendant plusieurs années qu'il sous-louait à sa sœur alors qu'il était propriétaire de plusieurs appartements. Il affirme de son côté "avoir parfaitement respecté la loi". Le parquet de Pontoise a ouvert récemment une enquête pour des soupçons de blanchiment de fraude fiscale et abus de biens sociaux. 

----------------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du vendredi 19 mai 2023

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.