Cet article date de plus de deux ans.

Pass sanitaire, fin du "quoi qu'il en coûte", union de la gauche... Le "8h30 franceinfo" d'Adrien Quatennens

Le député La France insoumise du Nord était l'invité du "8h30 franceinfo" du mardi 1er juin 2021.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 7 min
Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord était l'invité du "8h30 franceinfo" du mardi 1er juin 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Adrien Quatennens, député du Nord et coordinateur de La France insoumise, était l'invité du "8h30 franceinfo" du mardi 1er juin 2021. Pass sanitaire, fin du "quoi qu'il en coûte", union de la gauche... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Pass sanitaire : "Je m'inquiète de voir la société dans laquelle on est en train de basculer"

Le pass sanitaire pour les grands événements sera en place en France à partir du 9 juin a confirmé lundi 31 mai Clément Beaune, le secrétaire d'État aux Affaires européennes. "Je m'inquiète de voir la société dans laquelle on est en train de basculer", réagit Adrien Quatennens. "Je m'inquiète de cette idée que, systématiquement, pour avoir accès à des loisirs où on serait nombreuses, nombreux, il faudrait absolument recourir à un document", précise le député du Nord. "Le pass sanitaire va être réservé aux loisirs", mais "pour aller bosser, y compris dans des situations où des travailleuses et travailleurs prennent des risques, on ne vous demandera pas le pass sanitaire", souligne le député LFI. Il estime que "cette situation pourrait être appelée à se renouveler avec d'autres pandémies" dans le futur.

Pour l'accès à des événements comme les concerts, Adrien Quatennens propose l'utilisation des "autotests qui permettent d'avoir des résultats en quelques minutes. On pourrait faire en sorte que vous puissiez vous autotester avant de rentrer dans un concert. Vous n'auriez pas toutes ces contraintes qui viseraient à faire en sorte que vous devez absolument soit être vacciné, soit avoir fait un test PCR trois jours avant avec toutes les contraintes logistiques qu'on connaît". Il souligne au passage l'inégalité de l'accès aux vaccins en citant l'exemple de la Seine-Saint-Denis.

Covid-19 : "mieux cibler les aides de l'État"

Alors que démarre la fin progressive de la politique du "quoi qu'il en coûte", Adrien Quatennens, appelle à "mieux cibler les aides de l'État". "Pour l'instant, la politique a consisté à catapulter des milliards sans vision stratégique, sans contrepartie. On a distribué de l'argent public à discrétion." Il dénonce "des destructions d'emplois considérables", en évoquant les salariés de la Fonderie du Jura ou à celle de Bretagne "qui sont en lutte pour le maintien de leurs emplois", ainsi que les "délocalisations, alors que Renault, leur principal client, a touché énormément d'aides publiques."

Adrien Quatennens pointe du doigt "des profiteurs de crise qui opportunément touchent de l'argent public et maintiennent les dividendes qu'ils versent à leurs actionnaires, tout en supprimant des emplois. En pleine pandémie, le CAC 40, dont 100% des entreprises bénéficient des aides de l'État, donc votre argent, le nôtre, celui de la collectivité et des contribuables, vont distribuer 51 milliards d'euros de dividendes à leurs actionnaires alors que leurs bénéfices, c'est 37 milliards. Ils vont même au-delà de la trésorerie, ils puisent dans les réserves, non pas pour investir pour demain, non pas pour relancer l'activité et innover, mais pour rémunérer à court terme les actionnaires. Cela n'est plus possible."

"Les réunions à l'initiative de Yannick Jadot étaient une pantalonnade"

Les réunions en vue d'une union de la gauche étaient une "pantalonnade" dénonce Adrien Quatennens. Il estime qu'"en 2022, on peut gagner", mais que le problème est que "beaucoup de nos interlocuteurs" à gauche "pensent que c'est perdu".

Interrogé sur les deux réunions déjà organisées en vue d'une éventuelle union de la gauche pour la présidentielle de 2022, Adrien Quatennens affirme que "ces réunions à l'initiative de Yannick Jadot visent d'abord à adresser un message interne dans le cadre de la primaire d'Europe Écologie-Les Verts". Il s'étonne qu'au sortir de cette réunion, "on a Olivier Faure qui dit 'On a trouvé un accord, on va se mettre d'accord autour du PS, d'Europe Écologie-Les Verts'," alors que "même des participants membres d'Europe Écologie-Les Verts sont en désaccord avec cette manière de procéder".

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mardi 1er juin 2021 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.