Pass sanitaire : "Je m'inquiète de voir la société dans laquelle on est en train de basculer", dit Adrien Quatennens

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le député LFI du Nord propose d'utiliser des autotests pour l'accès aux grands événements plutôt qu'un document prouvant une vaccination ou un test PCR négatif.

Avec l'entrée en vigueur, le 9 juin, du pass sanitaire pour accéder aux grands évènements, Adrien Quatennens, député du Nord, coordinateur de La France insoumise (LFI), se dit, mardi sur franceinfo, inquiet "de voir la société dans laquelle on est en train de basculer".

>>> Pass sanitaire, fin du "quoi qu'il en coûte", union de la gauche... Le "8h30 franceinfo" d'Adrien Quatennens.

"Je m'inquiète de cette idée que, systématiquement, pour avoir accès à des loisirs où on serait nombreuses, nombreux, il faudrait absolument recourir à un document", dit Adrien Quatennens. Le député LFI espère encore pouvoir accéder à des concerts sans ce pass.

Autotest plutôt que pass sanitaire

Selon lui, le pass sanitaire "va être réservé aux loisirs, c'est-à-dire que sur les moments de loisirs, on va vous le demander", mais, pointe-t-il, "pour aller bosser y compris dans des situations où des travailleuses et travailleurs prennent des risques, on ne vous demandera pas le pass sanitaire"

Pour l'accès à des événements comme les concerts, le coordinateur de La France insoumise  propose d'utiliser des autotests "qui permettent d'avoir des résultats en quelques minutes" : "On pourrait faire en sorte que vous puissiez vous autotester avant de rentrer dans un concert. Vous n'auriez pas toutes ces contraintes qui viseraient à faire en sorte que vous devez absolument soit être vacciné, soit avoir fait un test PCR trois jours avant avec toutes les contraintes logistiques qu'on connaît". Adrien Quatennens souligne au passage l'inégalité de l'accès aux vaccins en citant l'exemple de la Seine-Saint-Denis.

Le médicament pour éviter le confinement

De manière générale, le député LFI du Nord "observe que pour le moment, les chiffres baissent" mais il appelle les Français à rester "vigilants" face à l'épidémie de Covid-19.

"On n'en a pas terminé avec cette épidémie, on n'est pas à l'abri d'une résurgence de l'épidémie avec des variants".

Adrien Quatennens

à franceinfo

Il "regrette que les choses n'aient pas été préparées correctement dans le cas d'une nouvelle vague de l'épidémie".

Convaincu que les Français ne supporteraient par la "méthode moyenâgeuse" d'un nouveau confinement, Adrien Quatennens rappelle que son parti a proposé "des alternatives". LFI souhaite que soit associée à la campagne de vaccination "une stratégie thérapeutique avec, par exemple, le médicament. On n'entend pas beaucoup le gouvernement en parler. On sait notamment que l'État a refusé de financer les expérimentations de l'Institut Pasteur de Lille pour le repositionnement d'une molécule", déplore le député du Nord.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.