Cet article date de plus d'un an.

Manifestation contre la réforme des retraites, pénibilité, index senior, panier anti-inflation... Ce qu'il faut retenir de l'interview de Laurent Berger

Le secrétaire général de la CFDT était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 16 janvier 2023.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 26 min
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 16 janvier 2023. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT était l'invité du 8h30 franceinfo, lundi 16 janvier 2023. Manifestation contre la réforme des retraites, pénibilité, index senior, panier anti-inflation... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Mobilisation du 19 janvier : "Il faut qu'il y ait un maximum de personnes" dans la rue

"Il faut qu'il y ait un maximum de personnes", martèle Laurent Berger, qui espère mobiliser "massivement" aux manifestations de ce jeudi 19 janvier. Il ne se donne toutefois pas d'objectif chiffré. Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, espère lui mettre plus d'un million de personnes dans la rue.

Mobilisation du 19 janvier : les députés du RN "ne sont pas les bienvenus" dans les cortèges

Les députés du RN "ne sont pas les bienvenus" dans les manifestations, prévient Laurent Berger. Quant aux autres, "je vous le dis aussi clairement, c'est derrière", autrement dit pas en tête de cortège avec les représentants de l'intersyndicale. "Ce n'est pas une manifestation politique, c'est une manifestation syndicale", insiste-t-il.

"Aucun contact" avec le gouvernement depuis la présentation de la réforme

"On ne continue pas les discussions avec le gouvernement, on n'a eu aucun contact depuis mardi" et la présentation de la réforme des retraites, indique-t-il. À l'Assemblée, le texte arrivera en commission le 30 janvier, puis dans l'hémicycle à partir du 6 février. "La CFDT proposera des modifications dans le débat parlementaire", assure-t-il.

"On va porter des propositions très concrètes sur la pénibilité, sur les seniors, etc.", détaille-t-il, "ce qui ne nous empêchera pas de dire et de porter l'idée que les 64 ans, c'est une réforme la plus injuste".

Pénibilité : "Faire bouger les lignes"

La CFDT entend "faire bouger les lignes" sur les quatre critères de pénibilité, à l'image du port de charges lourdes, supprimés lors du quinquennat précédent. "Pour les postures pénibles", le syndicat veut que "les périodes puissent être comptabilisées dans la durée pour que vous puissiez obtenir un départ automatique plus tôt, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui". La réforme prévoit une visite médicale obligatoire, à 61 ans, pour les salariés les plus exposés à l'usure professionnelle. Elle conditionnera leur départ à la retraite anticipé à 62 ans à taux plein. "Plusieurs dizaines, peut-être centaines de milliers de personnes seront concernées tous les ans", selon lui. "Une visite médicale avec qui ? Il manque aujourd'hui des centaines et des centaines de médecins du travail", ajoute Laurent Berger.

Index senior : "Cela va mesurer quelque chose qu'on connaît"

Il se montre critique avec "l'index senior" prévu dans la réforme, qui devra être mis en place dans les entreprises de plus de 1 000 salariés en 2023 et de plus de 300 salariés en 2024. Concrètement, ces entreprises seront obligées de publier la part des salariés âgés dans leurs effectifs. "Cela va mesurer quelque chose qu'on connaît : c'est que les entreprises, dans leur grande majorité, elles licencient les seniors ou elles les font partir parce qu'elles les trouvent moins productifs ou trop chers", commente-t-il, et "quand on aura mesuré si l'entreprise ne joue pas le jeu, il ne se passera rien". "Quand on dit qu'il y a une obligation, en général, c'est que l'obligation est contrôlée et que si elle n'est pas respectée, il se passe des choses", a assuré le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, mercredi sur franceinfo.

"Panier anti-inflation" : "Cela peut être un point positif"

Le panier anti-inflation sur lequel le gouvernement travaille avec la grande distribution, avec une vingtaine de produits de grande consommation, "peut-être un point positif", reconnaît-il. Pour lui, "c'est mieux de cibler" les aides.

-----------------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du lundi 16 janvier 2023 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.