8h30 franceinfo, France info

Lubrizol : "Ce n'est pas rassurer qui est le plus important, c'est d'abord dire la vérité", estime Adrien Quatennens

Le député La France insoumise du Nord, invité du "8h30 franceinfo", mercredi 2 octobre, estime que le Premier ministre est allé un peu vite en disant que les odeurs dues à l'incendie étaient "très dérangeantes et pénibles " mais "pas nocives". 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord, invité du \"8.30 franceinfo\", mercredi 2 octobre 2019. 
Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord, invité du "8.30 franceinfo", mercredi 2 octobre 2019.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Adrien Quatennens comprend les Rouennais qui se posent des questions après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen. Le député La France insoumise s'interroge sur la communication du gouvernement et de la préfecture, dans les heures et les jours qui ont suivi "la pire catastrophe industrielle en France depuis AZF en 2001". Le député La France insoumise du Nord, invité du "8h30 franceinfo", mercredi 2 octobre, explique faire plus confiance aux scientifiques - dont certains expriment des doutes depuis mardi - qu'au gouvernement.

"Ce qui n'est pas en mesure de rassurer de manière significative, estime Adrien Quatennens, c'est que depuis la publication de la liste des produits [mardi], les scientifiques qui prennent la parole, y compris ce matin sur les diverses antennes, disent qu'effectivement, peut être que le Premier ministre a parlé un peu tôt lorsqu'il a dit que ce n'était pas nocif. Je pense que ce n'est pas rassurer qui est le plus important, c'est d'abord dire la vérité."

Quand on ne sait pas encore, on ne dit pas qu'il n'y a pas de nocivité quand on n'en est pas sûr.

Adrien Quatennens

à franceinfo

Pour Adrien Quatennens, ce qui cause "l'inquiétude et la colère des habitants", c'est qu'"ils voient bien que les discours ne sont pas les mêmes depuis cinq jours""On a eu dans un premier temps des discours rassurants, qui ont été en contradiction avec les mesures conservatoires qui ont été prises. Moi je le dis : le but n'est pas de rassurer pour rassurer ! Les Français sont en mesure d'entendre la vérité."

"Il y a eu le précédent de Tchernobyl, qui a été très fort dans l'imaginaire collectif, ajoute le député du Nord. On avait expliqué aux Français que le nuage s'était arrêté comme par miracle à la frontière. Or, les Français sont en capacité d'entendre la vérité. Il faut qu'on leur dise ! Il faut qu'on puisse dire quelles sont les conséquences sur la santé"

Retraites : les régimes spéciaux ne sont pas "le sujet central"

"Les 42 régimes spéciaux, ça ne concerne que 3% de la population, c'est loin d'être le sujet central", affirme Adrien Quatennens. La réforme de la retraite engagée par le gouvernement prévoit un système "universel" à points qui mettrait fin aux régimes spéciaux. "Je serais plutôt pour qu'un certain nombre de professions soit alignées vers les conditions les plus favorables, pas d'une harmonisation vers le bas, estime le député du Nord. Il ajoute souhaiter que "la mobilisation s'organise du mieux possible" contre une réforme "qui s'apprête à procéder à une baisse généralisée des pensions" d'après lui. 

Il faut "entendre la colère des policiers"

Adrien Quatennens appelle à "entendre la colère des policiers" qui manifestent mercredi pour la première fois depuis 18 ans. "Il faut entendre leur souffrance mais, de la même manière, ne pas s'interdire de dénoncer les dysfonctionnements qu'il peut y avoir au sein de la police", précise le député insoumis. "A chaque fois que nous mettons en cause y compris la doctrine de maintien de l'ordre, il faut que les policiers de ce pays entendent que ce ne sont pas eux qui sont visés", ajoute-t-il.

Retrouvez l'intégralité de l'émission "8h30 franceinfo" du mercredi 2 octobre 2019

Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord, invité du \"8.30 franceinfo\", mercredi 2 octobre 2019. 
Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord, invité du "8.30 franceinfo", mercredi 2 octobre 2019.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)