Loi immigration : "la préférence nationale est contraire à nos principes constitutionnels", juge l'ancien Défenseur des droits Jacques Toubon

L'ancien Défenseur des droits était était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 21 janvier.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 17 min
Jacques Toubon dans le "8h30 franceinfo" dimanche 21 janvier. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Jacques Toubon était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 21 janvier. Opposition à la loi immigration, arrivée "positive" de Rachida Dati au ministère de la Culture, état de la droite en 2024.... Il répondait aux questions d'Agathe Lambret et Benjamin Fontaine. 

Loi immigration : la préférence nationale "contraire à nos principes constitutionnels"

Alors que des manifestations sont prévues partout en France ce dimanche 21 janvier contre la loi immigration, l'ancien Défenseur des droits Jacques Toubon assure qu'avec ce texte "on a introduit dans cette nouvelle loi ce que j'appelle, et ce que je dénonce, la préférence nationale". C'est pour lui un principe "contraire à nos principes constitutionnels". Il est d'ailleurs signataire aux côtés de 200 autres personnalités d'une tribune appelant à rejoindre les rassemblements.

"L’histoire de France a en grande partie été faite par les personnes venues de l’étranger", insiste Jacques Toubon. "On ne peut pas distinguer 'eux et nous' quand on parle de la France et des Français".

 Il rappelle que "le Conseil constitutionnel a été saisi" , "et il va être intéressant de savoir si le Conseil constitutionnel retient cette idée de non préférence nationale comme un principe fondamental ou s'il admet qu'on peut faire des accommodements au nom de la sauvegarde de l'intérêt public, de l'intérêt général". Pour l'ancien Défenseur des droits "c'est quelque chose qui aura des conséquences". 

"Un mouvement incontestable de droitisation" de la vie politique

Pour l'ancien secrétaire général du RPR, ancêtre du parti LR, "il y a un mouvement incontestable de droitisation et ceci n'est pas seulement sur l'immigration, mais sur d'autres sujets aussi." Pour lui, "aujourd'hui le vrai sujet c'est : est-ce que la droite se laisse tenter par aller vers l'extrême droite ? Il y a une déviance et c’est mortel pour la droite".

"Ce n'est pas l'opinion qui doit faire le droit fondamental", alerte encore Jacques Toubon. "Si le bien commun se résume à ce qui est socialement ou médiatiquement acceptable, je suis sûr qu'on basculera très vite de l'État de droit à un régime populiste". Et pour l'ancien Défenseur des droits "des pays ont commencé à le faire. Regardez la Hongrie dans l'Union européenne d'aujourd'hui" . Jacques Toubon alerte : "quand on commence à mettre la main dans l'engrenage il faut arrêter le système, parce que sinon nous passons de l'Etat de droit au populisme".

La nomination de Rachida Dati au ministère de la Culture est "positive"

Jacques Toubon, lui-même ancien ministre de la Culture dans le gouvernement d'Edouard Balladur  a jugé "positive" la nomination de l'ex-cadre LR Rachida Dati au gouvernement. "Elle va faire sortir le ministère de la Culture d’un certain entre-soi", juge-t-il. 

----------------------

Retrouvez l'intégralité du 8h30 franceinfo du dimanche 21 janvier 2024 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.