8h30 Fauvelle-Dély, France info

"La retraite par points, c'est le travail sans fin", met en garde Pascal Pavageau, le patron de FO

Le secrétaire général de Force ouvrière reproche au gouvernement de se lancer "dans une logique de destruction du régime par répartition et de la solidarité intergénérationnelle", en envisageant la retraite par points.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le secrétaire général de Force ouvrière (FO) Pascal Pavageau, invité de franceinfo vendredi 31 août.
Le secrétaire général de Force ouvrière (FO) Pascal Pavageau, invité de franceinfo vendredi 31 août. (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Invité de franceinfo vendredi 31 août, le secrétaire général de Force ouvrière (FO) Pascal Pavageau s'est dit opposé à la réforme des retraites attendue en 2019, qui vise à mettre en place un régime universel par points. "La retraite par points, c'est le travail sans fin", a-t-il mis en garde.

Des preuves réclamées au gouvernement

"Nous sommes contre une logique de destruction du régime par répartition et de la solidarité intergénérationnelle", a expliqué Pascal Pavageau. Le gouvernement assure que la retraite par points vise à sauver le système par répartition. "Que le gouvernement le démontre ! Il est où le concret ?", s'est interrogé le leader de FO. "Cela veut dire que pour quelqu'un qui partira en 2019 avec 1 200 euros de retraite, ce qui est déjà correct, le risque (...) c'est qu'on passe à un système à 900, à 800, peut-être à 600 euros, c’est-à-dire qu'on soit dans l'incapacité de partir à la retraite, parce qu'on n'aura jamais assez de points", s'est inquiété Pascal Pavageau, qui ajoute que "la retraite par points, c'est la retraite en moins"

Le secrétaire général de Force ouvrière s'est également dit opposé à la suppression des régimes spéciaux. "Au nom de l'égalité et de la prise en compte réelle de la pénibilité d'un certain nombre de métiers ou de filières, il y a lieu de maintenir les régimes spéciaux", a-t-il souligné.

Le "modèle social" à protéger 

Plusieurs syndicats, dont la CGT et FO, appellent à une "journée de mobilisation" le 9 octobre prochain contre la politique "idéologique" du gouvernement. Selon le leader de FO, Pascal Pavageau, "le diagnostic est plutôt largement partagé" par les organisations syndicales sur "les risques en matière de destruction du modèle social". "Là où il peut y avoir des divergences avec d'autres organisations syndicales, c'est éventuellement sur les choix et modalités d'actions", a-t-il ajouté.

Interrogé sur ce qui différencie aujourd'hui FO de la CGT, Pascal Pavageau a répondu : "Il y a beaucoup de choses, au-delà de l'histoire, nous n'avons pas les mêmes positions, nous n'avons pas les mêmes analyses, nous n'avons pas les mêmes revendications. Par contre, cela ne nous interdit pas de nous rejoindre de temps en temps sur un certain nombre de sujets ou sur un diagnostic commun."

Par ailleurs, appelé à réagir aux doutes exprimés la veille par Emmanuel Macron sur la mise en oeuvre du prélèvement à la source dès le 1er janvier prochain, Pascal Pavageau a demandé au chef de l'État de "renoncer". Le fait que ce soit aux entreprises de gérer le prélèvement "va générer énormément de couacs, potentiellement des risques, y compris en matière de fraude", a-t-il affirmé. 

Regardez l'intégralité de l'entretien de Pascal Pavageau sur franceinfo le 31 août 2018.

Le secrétaire général de Force ouvrière (FO) Pascal Pavageau, invité de franceinfo vendredi 31 août.
Le secrétaire général de Force ouvrière (FO) Pascal Pavageau, invité de franceinfo vendredi 31 août. (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)