L'avenir du SNU, les relations entre la jeunesse et la police... Le "8h30 franceinfo" de Prisca Thevenot

La secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et du Service national universel était l'invitée du "8h30 franceinfo", vendredi 4 août 2023.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 18 min
Prisca Thevenot, secrétaire d'Etat à la Jeunesse et au Service national universel, sur franceinfo, le 4 août 2023. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Prisca Thevenot, secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et du service national universel (SNU), était l'invitée du "8h30 franceinfo", vendredi 4 août 2023. Affaire Hedi à Marseille, rapport entre la jeunesse et la police, avenir du SNU... Elle répond aux questions d'Agathe Mahuet et Julie Marie-Leconte.

"Il y a une progression et une montée en puissance" du SNU

"Il n'y aurait rien de pire que de forcer un jeune à aller faire le SNU, ce serait contre-productif", assure Prisca Thevenot. Elle confirme vouloir le généraliser, sans pour autant le rendre obligatoire.

"Il y a une progression et une montée en puissance", indique le secrétaire d'État, "2 000 jeunes en 2019, 15 000 en 2021, 32 000 en 2022 et 40 000 jeunes cette année". Lors de sa campagne en 2017, Emmanuel Macron promettait "un service national" d'un mois pour tous les jeunes entre 18 et 21 ans. Prisca Thevenot assure une nouvelle fois qu'il ne sera pas obligatoire. "Nous mettons les moyens en place pour que ce soit quelque chose de volontaire et de voulu. Nous allons continuer la montée en puissance, mais l'enjeu ce n'est pas de dire, 'à partir de telle date, tous les jeunes le font'", précise-t-elle.

Rapport entre la jeunesse et la police : "tout doit pouvoir être regardé"

Le policier soupçonné de violences sur Hedi à Marseille est maintenu en détention, après la décision de la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Aix-en-Provence, jeudi 3 août. Concernant le rapport entre la jeunesse et la police, Prisca Thevenot estime que "sans totem ni tabou, tout doit pouvoir être regardé, mais avec des lignes rouges, celle de ne pas remettre en cause une institution". Pour la secrétaire d'État à la Jeunesse, un moyen de rétablir ce lien serait d'arrêter "les amalgames" et appelle à faire "confiance à notre justice".

-----------------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du vendredi 4 août 2023 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.