8h30 franceinfo, France info

Intempéries : "Il faut maintenant que toutes les communes prennent la mesure des risques météorologiques", juge Agnès Buzyn

Au lendemain des inondations meurtrières dans l'Aude, la ministre de la Santé et des solidarités a pointé mardi sur franceinfo "un défaut de vigilance globale" en matière de risques météorologiques. 

La ministre de la Santé et des solidarités, Agnès Buzyn, invitée de franceinfo le 16 octobre 2018.
La ministre de la Santé et des solidarités, Agnès Buzyn, invitée de franceinfo le 16 octobre 2018. (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

"Nous étions bien préparés mais l'intensité des phénomènes est telle aujourd'hui qu'il faut maintenant que nos concitoyens prennent la conscience du risque", a déclaré mardi sur franceinfo, Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des solidarités, au lendemain des intempéries meurtrières dans l'Aude.

La ministre dit avoir remarqué "un défaut de vigilance globale", de la part de tous les citoyens également, "une sorte d'habitude quand nous voyons les alertes oranges de Météo France"

Agnès Buzyn a précisé attendre beaucoup du plan de lutte contre les crues et les épisodes cévenols lancé en août dernier par la secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Ce plan prévoit "une meilleure préparation des habitants et des communes, permettant de meilleures alertes avec notamment un site, 'vigicrues', auquel les communes doivent s'abonner". "Pour l'instant, seulement 10% de ces communes sont abonnées", a ajouté la ministre. Par ailleurs, l'État a prévu de doter Météo France d'un super calculateur mis en service en 2020, a déclaré Agnès Buzyn : "Un énorme investissement pour que Météo France soit en capacité de calculer cinq fois plus vite, cinq fois plus précisément les risques météorologiques." 

Par ailleurs, la ministre a précisé que l'hôpital de Carcassonne avait été "gravement touché" par les inondations, évoquant "une défaillance des locaux techniques" dans un établissement pourtant récent.

"Le réchauffement climatique est un problème mondial. Quand bien même la France serait comme le Bhoutan, avec quasiment aucun gaz à effet de serre produit, cela ne changerait rien au changement climatique", a poursuivi la ministre, qui estime que "la France est en avance de phase par rapport à tous les autres pays européens""La France va atteindre ses objectifs" fixés lors de l'accord de Paris, a assuré Agnès Buzyn, rappelant qu'Emmanuel Macron est "leader dans le monde sur le changement climatique". "Mais en face de nous, nous avons Trump, la Chine et d'autres pays, etc..", a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, interrogée sur la maternité du Blanc (Indre) en sursis, Agnès Buzyn a tranché et refroidi les espoirs des élus locaux qui souhaitent son maintien. La ministre de la Santé a évoqué "une maternité dangereuse" et "un audit" qui "montre de très mauvaises pratiques dans cette maternité avec une méconnaissance des procédures d’urgence"

Regardez l'intégralité de l'intervention d'Agnès Buzyn sur franceinfo le 16 octobre 2018.

La ministre de la Santé et des solidarités, Agnès Buzyn, invitée de franceinfo le 16 octobre 2018.
La ministre de la Santé et des solidarités, Agnès Buzyn, invitée de franceinfo le 16 octobre 2018. (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)