Guerre en Ukraine : la stratégie "hégémonique" de Vladimir Poutine" fait craindre une "escalade sans fin"

écouter (26min)

Bertrand Badie, expert en relations internationales, et Pierre Servent, spécialiste des questions de défense, étaient samedi 23 avril 2022 les invités du 8h30 franceinfo.  

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Bertrand Badie (à gauche) et Pierre Servent (à droite) sur le plateau du 8h30 franceinfo le 23 avril 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Qu'y a-t-il dans la tête de Vladimir Poutine ?", se sont interrogés samedi 23 avril sur franceinfo Pierre Servent, spécialiste des questions de défense et Bertrand Badie, professeur émérite à Sciences Po et spécialiste des relations internationales. Les deux experts se sont accordés à qualifier la stratégie du président russe en Ukraine "d'hégémonique", alors que l'armée russe a annoncé vendredi vouloir "établir une continuité territoriale sûre jusqu'à la Crimée", que la Russie a annexée en 2014.

>> Guerre en Ukraine : suivez la situation sur notre direct

Selon Pierre Servent, il y a en effet ce "premier objectif" qui est de "partir de la Crimée, de privatiser complétement la mer d'Azov" et d'établir "un continuum territorial jusqu'au Donbass pas encore conquis". Le spécialiste a mis en garde sur la volonté de Vladimir Poutine de "pousser jusqu'à Odessa", dans le Sud de l'Ukraine, pour relier la Transnistrie, ce territoire séparatiste pro-russe situé à l'Est de la Moldavie.

"Ce pari de la continuité territoriale jusqu'à la Transnistrie est un pari extrêmement dangereux", a réagi de son côté Bertrand Badie. "C'est un pari mortifère, parce qu'extrêmement couteux en vies humaines et parce qu'il vient dessiner une géographie qui à terme risque d'être insupportable pour les puissances occidentales", a-t-il ajouté, estimant que "si, véritablement, c'est là le projet, c'est un projet fou".

Pierre Servent s'est d'ailleurs dit "convaincu" que ce projet ne s'arrêtera pas là, que Vladimir Poutine "reste sur son but de guerre initial" : "prendre en main toute l'Ukraine". "Ma conviction c'est qu'il n'a pas changé de but stratégique, il a seulement changé de tactique", a-t-il assuré, évoquant "la tactique du salami" soit "prendre l'Ukraine" par "tranche par tranche".

"Comme Poutine s'est cassé les dents, parce que son appareil militaire n'était absolument pas adapté à la situation ukrainienne, il a rebasculé ses efforts et ses forces sur le Donbass, mais ma conviction c'est que son ambition reste de submerger totalement l'Ukraine d'une façon ou d'une autre."

Pierre Servent

à franceinfo

"Une guerre réactionnaire"

Pour Bertrand Badie, "la guerre de Poutine est une guerre fondamentalement réactionnaire" avec une "petite saveur de 19e siècle". L'expert en relations internationales a ainsi renvoyé dos à dos la stratégie américaine, basée sur le fait que "dominer le monde passe par des réseaux et des moyens virtuels", à celle de la Russie qui "s'ankylose dans son poids territorial".

"Mais derrière le projet hégémonique, est-ce qu'il s'agit de montrer que la Russie joue toujours en 1ère division, qu'elle a une capacité de superpuissance ?", s'est-il interrogé, y voyant un "échec total". Il a ainsi mis en garde face au risque d'une "escalade sans fin" et "extrêmement dangereuse", considérant que "le dictateur ne va pas lâcher et va vouloir consolider son image". "On est face à un dilemme impossible", a-t-il affirmé. Selon lui, "on est dans un temps où on ne gagne plus les guerres" et "seule une solution politique peut permettre de sortir" de cette guerre.

Retrouvez l'intégralité de l'entretien de Pierre Servent et Bertrand Badie face à Myriam Encoua et Ersin Leibowitz dans la vidéo ci-dessous.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.