Guerre en Ukraine : l'évacuation de civils de Marioupol a été "perturbée" par l'armée russe, annonce un adjoint au maire

Selon Petro Andriouchtchenko, quelque 200 résidents avaient commencé à se rassembler pour être évacués lorsqu'ils ont été "dispersés" par l'armée russe.

Des Ukrainiens ayant fui la ville de Marioupol arrivent à Zaporijia, le 21 avril 2022.
Des Ukrainiens ayant fui la ville de Marioupol arrivent à Zaporijia, le 21 avril 2022. (ED JONES / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Une nouvelle tentative d'évacuation de civils depuis la ville ukrainienne de Marioupol, encerclée et presque entièrement sous contrôle russe, vers Zaporijia a échoué, a rapporté samedi 23 avril un adjoint au maire de Marioupol sur Telegram. Selon Petro Andriouchtchenko, quelque 200 résidents avaient commencé à se rassembler pour être évacués lorsqu'ils ont été "dispersés" par l'armée russe. Certains auraient été ensuite contraints de monter dans des bus en partance pour Dokoutchaïevsk, une localité occupée par les Russes, à 80 km au nord. "Les gens n'avaient pas le droit de quitter le bus", a fustigé l'adjoint au maire, précisant que les Russes auraient évoqué "des tirs de la part des nationalistes [ukrainiens] sur le lieu d'évacuation" pour justifier ce changement d'itinéraire. Ce direct est terminé. 

Lors d'une conférence de presse, Volodymyr Zelensky a appelé de nouveau à rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine "pour mettre fin à la guerre". "Je pense que celui qui a commencé cette guerre pourra y mettre fin", a affirmé le président ukrainien. Il a également déclaré que Kiev abandonnera les négociations avec Moscou si ses militaires, retranchés dans le vaste complexe métallurgique d'Azovstal à Marioupol, sont tués par l'armée russe.

Le nombre de réfugiés ukrainiens ayant fui l'invasion de leur territoire par l'armée russe approche des 5,2 millions, selon les chiffres du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés publiés samedi. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM), également rattachée à l'ONU, a ajouté que plus de 218 000 non-Ukrainiens, essentiellement des étudiants et des travailleurs migrants, avaient aussi quitté l'Ukraine pour les pays voisins.

Le secrétaire général des Nations unies va se rendre en Ukraine pour y rencontrer Volodymyr Zelensky, a annoncé l'organisation vendredi. Antonio Guterres "aura un rendez-vous avec le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, et sera reçu par le président [ukrainien le jeudi] 28 avril", précise l'ONU. Avant cette visite, Antonio Guterres se rendra mardi à Moscou, où il sera reçu par le chef d'Etat russe, Vladimir Poutine.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h04 : Dans le Donbass, les envoyés spéciaux de France 2 sont allés aux côtés d’habitants terrés au sous-sol d'un théâtre. "On survit. Mais sortir, c’est trop dangereux", confie un réfugié.



(FRANCE 2)

22h44 : La Pologne a fourni à l'Ukraine des armes d'une valeur de 1,6 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros) pour l'aider face à l'invasion russe, annonce le Premier ministre polonais. Quarante chars, ainsi qu'une soixantaine de transporteurs blindés feraient partie du matériel fourni par la Pologne à Kiev, selon les médias polonais, sans que le gouvernement ne le confirme officiellement.

22h24 : Autre conséquence de la guerre en Ukraine : le nombre de Suédois favorables à l’entrée de leur pays dans l’Otan ne cesse de croître. La proportion atteint désormais 58% des personnes interrogées, selon un sondage pour la Sveriges Radio. C’était 51% le mois dernier.

22h21 : #FRAUKR - Bel hommage du public havrais pour les joueuses de l’équipe d’Ukraine et bel élan solidaire de la ⁦@ffhandball⁩ qui a tout mis en œuvre pour qu’elles puissent être présentes. ⁦@bruno_gore⁩ ⁦@BanaPhilippe⁩ ⁦@Caisse_Epargne⁩ ⁦@CE_Normandie⁩

22h21 : Une belle image à la fin de la rencontre entre l'équipe de France féminine de handball et l'Ukraine, avec l'ovation du public du Havre pour les joueuses jaunes et bleues.

22h08 : Bonjour, pourquoi sept jours de différence entre Pâques en France et en Ukraine ?

21h23 : Lors de sa conférence de presse dans le métro de Kiev, Volodymyr Zelensky a précisé ce qu'il attendait de la venue des ministres américains Anthony Blinken et Lloyd Austin (respectivement, des Affaires étrangères et de la Défense) : "Ils ne doivent pas venir les mains vides. Nous attendons des choses spécifiques, des armes spécifiques".

21h12 : "Il n'y a plus de réseau téléphonique ni internet. Donc comment informer la population [de Marioupol] de la mise en place de ces corridors humanitaires ?"

Au micro de franceinfo, Jean-Claude Samouiller ne cache pas ses doutes sur la bonne volonté de la Russie de réellement organiser des couloirs humanitaires dans les villes qu'elle assiège. "Nous avons des témoignages de déplacements forcés de populations vers la Russie, nous ne les avons pas encore authentifiés, mais si c'était le cas, on serait un fois de plus face à un crime de guerre puisque le déplacement forcé de populations est formellement interdit par le droit international humanitaire."



(ALEXANDER NEMENOV / AFP)

20h39 : Je vous rappelle qu’on en est loin, très loin, en France, où il y a environ 1000 abris antiatomiques en état de fonctionner sur tout le territoire. Aucun à France Télévisions, mais un à Radio France, donc chers amis de l’autre côté de la Seine, en cas d’urgence, j’arrive ;-)

20h38 : La guerre en Ukraine et les tensions renouvelées avec la Russie mettent en lumière le formidable réseau de bunkers d’Helsinki, la capitale finlandaise. Patiemment bâti depuis les années 1960, il peut désormais accueillir plus de gens que la population de la capitale. Visite guidée avec le Guardian.

20h27 : Volodymyr Zelensky a donné un nouveau bilan des frappes sur Odessa lors de sa conférence de presse fleuve dans une gare de métro. "Huit personnes sont mortes à ce stade, et 18 ou 20 autres sont blessées", affirme le président ukrainien. Selon lui, "sept missiles ont visé Odessa", dont un qui "a touché un immeuble d'habitations" et "deux qui ont été abattus" par le système de défense antiaérienne ukrainienne.

20h25 : We will be reopening our embassy in Kyiv, demonstrating our solidarity with the Ukrainian people.And the UK government is helping to collect evidence of war crimes.Russia must be held to account for its actions. 2/2

20h25 : Boris Johnson annonce la réouverture de l'ambassade du Royaume Uni à Kiev, "pour montrer notre solidarité avec le peuple ukrainien."

20h08 : Poutine a été débaptisé. Pas le président russe, mais un sanglier, mascotte d’un parc animalier allemand, rebaptisé Eberhofer, du nom d’un personnage populaire du folklore bavarois. Notez que l’animal peu commode, qui pèse 200 kg (près de trois fois plus que son homologue russe) aurait pu être rebaptisé Zelensky, mais la direction du parc s’y est opposée, relèvent les Dernières Nouvelles d'Alsace.

20h02 : Il est 20 heures ! Entre les effluves de risotto aux asperges et un dahl, voici le point sur l'actu de la rédaction qui grignote.

Le chanteur belge Arno, à qui on doit notamment Putain putain ou Les filles du bord de mer est mort à l'âge de 72 ans, annonce son agent. Il avait été diagnostiqué d'un cancer du pancréas en 2019.

La ville d'Odessa se retrouve à son tour sous le feu des bombes russes. Les autorités annoncent la mort d'au moins cinq personnes dans les frappes, dont un bébé en bas âge. Les dernières infos dans notre direct.

Les Français du continent américain et d'Outre-Mer ont commencé à voter, décalage horaire oblige.

Lyon conserve un mince espoir d'accrocher une place européenne après sa victoire contre Montpellier (5-2). Ce soir, le PSG peut être sacré champion s'il ne perd pas contre Lens (à 21 heures).

19h37 : @Léon Selon Médiapart, il y a pas moins de dix pays européens dans ce cas : la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche, la Bulgarie, la République tchèque, la Croatie, la Finlande, la Slovaquie et l’Espagne. Les deux premiers pays se taillent la part du lion, avec près deux tiers du gâteau de 360 millions d'euros d'armes livrées.

19h36 : Bonsoir A part la France, quels autres pays de l'UE ont vendu des armes à la Russie depuis 2015 ?

19h35 : "Si nos hommes sont tués à Marioupol et si des pseudo-réferendums sont organisés dans la région de Kherson [dans le sud du pays] alors l'Ukraine se retirera de tout processus de négociation. (...) Quand ils disent que la balle est dans notre camp, ce n'est pas vrai. On était prêt à n'importe quel échange pour faire sortir nos militaires et civils de cet enfer de Marioupol, nous avons proposé toutes les solutions. (…) Deux heures après avoir dit qu'ils ne bombarderaient pas, ils bombardent. Voilà ce que vaut la parole du président russe."

19h22 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky annonce la visite du secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken à Kiev demain, au cours de sa conférence de presse dans le métro.

19h08 : Cette semaine, les forces russes ont frappé un dépôt d'armes étrangères, près d'Odessa. L'occasion pour nous de vous récapituler quels pays ont livré quelles armes à l'Ukraine. Réponse dans cet article.



(SERGEI SUPINSKY / AFP)

19h04 : We estimate that one-third of the gas volume exported from Russia to the EU through Ukraine will be lost if the occupation forces do not stop disrupting the operation of our stations in recently occupied territories.

19h03 : Un tiers du gaz exporté de Russie vers l'Union européenne risque d'être perdu en raison de la guerre en Ukraine, estime sur Twitter Iouri Vitrenko, PDG du groupe public ukrainien Naftogaz. "Nous estimons qu'un tiers du gaz exporté de Russie vers l'Union européenne à travers l'Ukraine sera perdu si les forces d'occupation ne cessent pas de perturber le fonctionnement des stations dans les territoires récemment occupés."

18h51 : "Je n'ai pas le droit d'avoir peur. Nous n'avons pas peur. Les Ukrainiens descendaient dans la rue, les mains non armées, pour tenter d'arrêter les chars. Un dirigeant de pays n'a pas le droit d'avoir peur quand il s'agit de défendre sa patrie."

18h53 : Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, donne une conférence de presse à Kiev... dans une station de métro. A l'instant, une rame de métro vient de passer, interrompant brièvement les échanges.

18h30 : Une nouvelle tentative d'évacuation de civils depuis Marioupol, encerclée et presque entièrement sous contrôle russe, vers Zaporijia a échoué. Selon Petro Andriouchtchenko, adjoint au maire de Marioupol, quelque 200 résidents de cette ville portuaire et industrielle sur la mer d'Azov avaient commencé à se rassembler pour être évacués lorsqu'ils ont été "dispersés" par l'armée russe, écrit-il sur son compte Telegram.

Certains auraient été ensuite contraints de monter dans des bus en partance pour Dokoutchaïevsk, une localité occupée par les Russes, à 80 km au nord.

18h08 : Putain, putain
C'est vachement bien
Quand le point sur l'actu
Tombe à peu près à l'heure (libre interprétation de la chanson d'Arno)

Le chanteur belge Arno, à qui on doit notamment Putain putain ou Les filles du bord de mer est mort à l'âge de 72 ans, annonce son agent. Il avait été diagnostiqué d'un cancer du pancréas en 2019.

La ville d'Odessa se retrouve à son tour sous le feu des bombes russes. Les autorités annoncent la mort d'au moins cinq personnes dans les frappes, dont un bébé en bas âge. Les dernières infos dans notre direct.

• Les Français du continent américain et d'Outre-Mer ont commencé à voter, décalage horaire oblige.

• Les infirmiers pourront administrer tous les vaccins prévus à partir de 16 ans "sans prescription médicale préalable" dès demain, selon une série de textes parus au Journal officiel. Les pharmaciens sont eux aussi "autorisés à administrer" ces vaccins, mais sur présentation d'une ordonnance.

17h06 : The only aim of Russian missile strikes on Odesa is terror. Russia must be designated a state sponsor of terrorism and treated accordingly. No business, no contacts, no cultural projects. We need a wall between civilization and barbarians striking peaceful cities with missiles.

17h10 : "Le seul objectif des frappes de missiles russes contre Odessa, c'est la terreur. La Russie doit être reconnue comme un Etat soutien du terrorisme et traitée comme tel. Pas d'échanges commerciaux, pas de contrats, pas de projets culturels. Nous devons ériger un mur entre la civilisation et les barbares qui attaquent des villes pacifiques avec leurs missiles."

17h03 : Des précisions sur les frappes russes sur Odessa : l'armée de l'air ukrainienne a affirmé sur Facebook que les forces russes avaient tiré une série de missiles depuis des bombardiers Tu-95 au-dessus de la mer Caspienne. Deux missiles ont touché une installation militaire, et deux autres des immeubles d'habitation. Deux autres encore ont été détruits par le système de défense anti-aérienne, selon l'armée de l'air.

16h54 : Depuis le début de la guerre, grâce à la solidarité citoyenne, de nombreux ukrainiens sont accueillis dans les foyers français. Mais après plusieurs semaines, sans aide de la part de l'État pour ces familles accueillantes, la question de la charge financière se pose. Comme pour Sandrine, qui héberge Nadia, venue d'Odessa, depuis trois semaines, et dont le budget courses a doublé, qu'a rencontrée notre journaliste Arthur Fradin.




(ARTHUR FRADIN / RADIOFRANCE)

17h01 : Au moins cinq personnes ont été tuées et 18 autres blessées dans des frappes russes sur la ville portuaire d'Odessa dans le sud de l'Ukraine, fait savoir le chef de cabinet de la présidence ukrainienne. "Selon toute vraisemblance, le bilan sera plus lourd", écrit sur Telegram Andriï Yermak, précisant qu'"un bébé de 3 mois" fait partie des victimes.

16h25 : @TontonFab Je vous conseille la lecture du blog du colonel Michel Goya, qui propose régulièrement des plans et des cartes détaillées. Voici ce qu'il dit dans son dernier point de situation (court extrait, allez lire le reste) :

"Toute cette force de frappe [russe], inédite depuis la Seconde Guerre mondiale, peut lancer chaque jour entre 1,5 et 2 kilotonnes d’explosif sur les positions ukrainiennes, qui sont dans le Donbass les plus retranchées au monde après celle de la zone démilitarisée en Corée. L’objectif est de neutraliser autant que possible les forces ukrainiennes dans les zones d’attaques russes, de les fixer dans les zones défensives et d’entraver les mouvements dans la profondeur."

16h22 : Bonjour Pierre. Connaissant un peu la stratégie classique russe, on devrait atteindre actuellement le maximum de l'effort russe pour percer le front dans le Donbass. Avez vous des informations sur l'évolution des fronts et de l'intensité des combat ?

16h17 : En Ukraine, alors que les combats font rage dans le Donbass, l’armée russe s’est retirée dans les villes du Nord. L’heure est à la reconstruction, comme à Borodyanka, l’une des villes les plus détruites par ce conflit. France 2 s'y est rendu.




(FRANCE 2)

16h12 : La Pâque orthodoxe tombe ce week-end, et en Ukraine, logistiquement, c'est compliqué. Les autorités ukrainiennes appellent les fidèles orthodoxes à suivre les cérémonies de la veillée pascale en ligne, et à ne pas déroger au couvre-feu (qui débute à 23 heures), redoutant des "provocations" lors des cérémonies qui attirent habituellement les foules.

15h07 : Il est temps de faire un nouveau point sur l'actualité :

L'Ukraine affirme avoir repris trois localités proches de Kharkiv, deuxième ville du pays située dans l'est et régulièrement frappée par l'artillerie russe. Suivez notre direct.

#PRESIDENTIELLE L'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon a ouvert le bal du vote pour le second tour de l'élection présidentielle française à 8 heures locales, devenant le premier territoire ultramarin à mettre un bulletin dans l'urne. Suivront ensuite la Guyane et les îles des Antilles, du Pacifique et de l'océan Indien.


Les infirmiers pourront administrer tous les vaccins prévus à partir de 16 ans "sans prescription médicale préalable" dès demain, selon une série de textes parus au Journal officiel. Les pharmaciens sont eux aussi "autorisés à administrer" ces vaccins, mais sur présentation d'une ordonnance.

14h04 : "Les négociations sont difficiles mais on ne l'abandonne pas."

Les Ukrainiens s'inquiètent du sort des milliers de personnes portées disparues, dont certaines sont détenues en dehors de tout cadre légal par l'armée russe. Oleg Bouriak, âgé de 46 ans, se bat pour faire libérer son fils Vlad, 16 ans, enlevé le 8 avril alors qu’il fuyait la ville de Melitopol, en zone occupée.

13h56 : L'Ukraine affirme avoir repris trois localités proches de Kharkiv, deuxième ville du pays située dans l'est et régulièrement frappée par l'artillerie. "Après de longs combats acharnés, nos unités ont délogé les troupes russes de Bezrouki, Slatine et Proudïanka", a déclaré sur Telegram le gouverneur de la région de Kharkiv.

12h44 : "Les cris des enfants, à ce moment-là, on ne les oubliera jamais. La façon dont ils pleurent, la façon dont ils crient... Ça, c'est une peur que vous gardez toute votre vie."


Comme Tatiana, nombreux sont les civils qui ont fui par leurs propres moyens, les corridors humanitaires n'ayant jamais vraiment vu le jour de façon très organisée. Retrouvez le témoignage de plusieurs d'entre eux dans cet article.

12h14 : Il est l'heure d'un nouveau point sur l'actualité :

#PRESIDENTIELLE Emmanuel Macron ou Marine Le Pen ? Les premiers électeurs, en outre-mer et à l'étranger, votent dès aujourd'hui, décalage horaire oblige, avant l'ouverture des bureaux de vote demain matin dans l'Hexagone. Afin de ne pas influencer les électeurs, nous sommes désormais entrés en période de réserve électorale.

• Les autorités ukrainiennes tentent de nouveau ce midi d'évacuer des civils depuis la ville portuaire ukrainienne de Marioupol, en grande partie contrôlée par l'armée russe, vers la ville de Zaporijia, à 200 km au nord-ouest. Suivez notre direct.

Israël veut interdire aux Palestiniens de Gaza de travailler sur son territoire à partir de demain. Il s'agit d'une mesure de rétorsion décidée après le tir de nouvelles roquettes depuis l'enclave contrôlée par les islamistes du Hamas vers le territoire israélien. On vous explique les raisons de ce regain de violences.

11h52 : A ce sujet, nous avons publié il y a quelques jours ces très forts témoignages d'une mère et de sa fille, violées durant l'occupation russe dans la ville de Boutcha. Attention, ces propos, qui nous semblent importants pour saisir la situation en Ukraine, peuvent être difficiles à lire. La découverte de Boutcha après le retrait des troupes russes, le 4 avril 2022. Photo d'illustration. (BENJAMIN THUAU / RADIO FRANCE)(BENJAMIN THUAU / RADIO FRANCE)

11h48 : « Ukrainiennes violées crimes contre l’humanité. »Proche du Quai d’Orsay, action des Femens pour dénoncer les viols en Ukraine. #UkraineRussiaWar https://t.co/tYeY6e0ofj

11h48 : Une action des Femen est en cours à proximité du ministère des Affaires étrangères, à Paris, pour dénoncer les viols commis en Ukraine par des soldats russes. Voici des images tournées par le journaliste Remy Buisine.

10h42 : "La Fédération de Russie leur a bien lavé le cerveau. Elle a été très efficace. Moscou les a bien endoctrinés."

Sur la ligne de front entre séparatistes prorusses et brigades ukrainiennes, la rancœur envers les "traîtres" est tenace, alors que les combats continuent de s'intensifier. Franceinfo a échangé avec des soldats ukrainiens.

10h07 : Une nouvelle tentative d'évacuation de civils depuis la ville portuaire ukrainienne de Marioupol, en grande partie contrôlé par l'armée russe, est prévue aujourd'hui, selon la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk. "Les femmes, les enfants et les personnes âgées" espèrent pouvoir commencer à évacuer vers midi, heure locale (11 heures à Paris).

10h03 : Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, va se rendre en Ukraine pour y rencontrer le président Volodymyr Zelensky, jeudi. Avant cette visite, il se rendra mardi à Moscou, où il sera reçu par le chef d'Etat russe, Vladmir Poutine. Le secrétaire général de l\'ONU, Antonio Guterres, lors d\'une conférence de presse à New York (Etats-Unis), le 19 avril 2022.(JOHN LAMPARSKI / NURPHOTO / AFP)

09h52 : Pour aider les réfugiés ukrainiens à faire face à leurs traumatismes, des psychologues ukrainophones et russophones ont créé un groupe Facebook pour permettre à des victimes du conflit de trouver des soins adaptés, rapporte France 3 Hauts-de-France.

10h03 : "Quand un obus explosait, c'était comme un tremblement de terre."

Svetlana a réussi, avec sa fille Olga, à quitter la ville ukrainienne de Marioupol, assiégée et bombardée depuis le début de l'invasion russe. Elles ont décrit à franceinfo leurs conditions de vie très précaires au milieu des obus tirés par les deux camps.

10h09 : Voici les premières infos de la journée :

#PRESIDENTIELLE Emmanuel Macron ou Marine Le Pen ? De premiers électeurs d'outre-mer et de l'étranger votent dès aujourd'hui, décalage horaire oblige, avant l'ouverture des bureaux de vote demain matin en métropole.

"L'un des objectifs de l'armée russe est d'établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l'Ukraine", a assené hier un responsable militaire russe. Une déclaration qui contredit les discours du Kremlin, et qui étonne : ce général n'est pas une grande figure de l'armée russe, et celle-ci ne semble pas avoir les moyens de cette ambition.

• La justice française a délivré un mandat d'arrêt international contre Carlos Ghosn, ancien patron de l'alliance Renault Nissan qui vit au Liban, dans le cadre d'une enquête notamment pour abus de biens sociaux et blanchiment.