Cet article date de plus d'un an.

Grève à la SNCF, hausse des prix énergétiques, Go Sport, titres de séjour "métiers en tension"... Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Olivia Grégoire

La ministre en charge des PME, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, était l'invitée du "8h30 franceinfo", mercredi 21 décembre 2022

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 23 min
Olivia Grégoire, ministre en charge des PME, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, sur franceinfo, mercredi 21 décembre 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Olivia Grégoire, ministre en charge des PME, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, était l'invitée du "8h30 franceinfo", mercredi 21 décembre 2022. Grève à la SNCF, hausse des prix énergétiques, Go Sport, titres de séjour "métiers en tension"... Elle répondait aux questions de Jean-François Achilli et Céline Asselot.

Grève à la SNCF : Olivia Grégoire "trouve irresponsable de choisir ce moment-là"

"Je suis profondément choquée" et "je trouve ça irresponsable, pour rester polie, mais ma pensée est plus virulente" d'avoir "choisi ce moment-là", s'indigne la ministre déléguée à propos de la grève des contrôleurs de la SNCF ce week-end de Noël. Elle s'insurge également de voir des voyageurs se ruer par répercussion "sur les locations de voiture" ou "sur l'avion, alors que tout le monde ne peut pas se payer un billet d'avion, surtout au dernier moment". Si le PDG de SNCF Voyageurs promet le remboursement à 200% des billets annulés à cause de cette grève, Olivia Grégoire se demande si cela "peut racheter le fait qu'on ne soit pas avec son papa et sa maman le soir de Noël"

Go Sport : le gouvernement sera "attentif" à la décision du tribunal de commerce de Grenoble 

L'exécutif sera "attentif" à la décision du tribunal de commerce de Grenoble quant à la situation financière de Go Sport, promet Olivia Grégoire. Les 2 100 salariés de cette "enseigne emblématique" sauront mercredi si leur entreprise est placée en cessation de paiement. La ministre déléguée chargée des PME assure que "quoi qu'il advienne le gouvernement sera aux côtés des salariés si jamais une décision difficile était prise afin de leur permettre de se repositionner et de retrouver du boulot". Elle refuse d'y voir cependant "le signe de défaillances en cascade". Selon Olivia Grégoire, "aujourd'hui nous avons moins de 40 000 défaillances" contre "plus de 54 000 en 2019".

Energie : le bouclier tarifaire, "c'est 110 milliards d'euros sur trois ans"

Alors que les prix de l'énergie ont considérablement augmenté du fait notamment de la guerre en Ukraine, Olivia Grégoire chiffre à "110 milliards d'euros sur trois ans" le bouclier tarifaire réservé aux ménages. La ministre déléguée chargée des PME, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme qualifie ce bouclier de "plan de relance de la consommation". Elle assure également que le gouvernement met "12 milliards d'euros sur la table" pour venir en aide aux PME, et notamment aux boulangers à travers l'amortisseur électricité et le guichet unique pour les entreprises, qui devait se terminer à la fin de l'année, mais qui est prolongé en 2023. Olivia Grégoire rappelle que d'autres dispositifs ont été mis en place pour les professionnels, notamment la suppression de l'avantage fiscal sur "le GNR (gazole non routier) ou la TICFE (taxe intérieure de consommation finale sur l'électricité, qui a été baissée), ce qui représente un peu plus de 30 milliards d'euros pour les entreprises".

Titres de séjour "métiers en tension" : "Arrêtons de faire peur aux Français"

La ministre déléguée chargée des PME, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme s'attaque à la droite et à l'extrême droite qui ne cessent de critiquer le futur titre de séjour pour les métiers en tension, voulu par le gouvernement. "Les appels d'air et les considérations morales, qu'ils partent en vacances avec", tacle Olivia Grégoire. "Arrêtons de faire peur aux Français", lance-t-elle, rappelant que cette future mesure ne concernera que "7 à 10 000 personnes" qui "sont déjà en France, qui sont déjà en train de bosser en France bien souvent dans des conditions pas satisfaisantes".

Elle dénonce ainsi les "blablas" notamment de "Marine Le Pen au Parlement", alors que "les restaurateurs ont plus de risque de fermer dans les deux ans qui viennent parce qu'ils ne trouvent pas de salariés qu'à cause de leur facture d'électricité". La ministre estime qu'il manque "200 000 personnes dans l'hôtellerie-restauration" et "300 000 personnes d'ici à 2030" dans les services à la personne. Olivia Grégoire considère que cette pénurie de personnels n'est pas uniquement liée à la question salariale et appelle ainsi "à des changements plus structurels (...), ça correspond aussi à des envies de conditions de vie, de qualité de vie".

-----------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mercredi 21 décembre 2022 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.