Crise des urgences, Mélenchon à Matignon et les ambitions du RN... Le "8h30 franceinfo" de Sébastien Chenu

écouter (26min)

Le porte-parole du Rassemblement national et député du Nord était l'invité du 8h30 de franceinfo dimanche 29 mai.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement National et député du Nord était l'invité de franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement National et président du groupe RN au conseil régional des Hauts-de-France était l'invité du 8h30 de franceinfo dimanche 29 mai. Le député du Nord répondait aux questions d'Ersin Leibowitch et Saveria Rojek.

Le gouvernement "n'est pas au niveau"

"La parole d'Elisabeth Borne n'imprime absolument pas, il y a une vacance du pouvoir depuis un mois, dénonce Sébastien Chenu. Le président de la République a été élu il y a un mois : que s'est il passé pendant un mois ? Rien. Strictement rien." "On a l'impression, poursuit le député, que la machine étatique est totalement à l'arrêt, alors que les Français, pendant un mois, ont subi l'augmentation des carburants mais également des augmentations très significatives sur l'alimentaire. Je pense aux œufs, je pense aux tomates etc."

Outre ce volet du pouvoir d'achat, "ce gouvernement n'a rien anticipé" sur la crise qui touche les services des urgences dans les hôpitaux, déclare Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national. 120 services d'urgences sont fermés ou partiellement fermés en France à cause du manque de personnel, et selon Sébastien Chenu, le gouvernement "n'est pas au niveau" pour régler ce problème.

"Trois leviers" auraient pu être activés par le gouvernement, selon le député du Nord. Celui du recrutement, d'abord : "Ça ne se fait pas en quinze jours, mais enfin, ça fait cinq ans qu'ils sont au pouvoir !" Concernant ensuite la rémunération des soignants, "le Ségur n'a pas donné satisfaction", affirme-t-il, rappelant la grève des sages-femmes en novembre dernier, qui a été "totalement zappée". Enfin, Sébastien Chenu évoque "l'organisation des directions d'hôpitaux", et notamment "la remédicalisation des directions d'hôpitaux".

Jean-Luc Mélenchon "ne sera jamais Premier ministre, éventuellement premier mytho de France" 

"Jean-Luc Mélenchon, tout le monde a compris qu'il ne sera jamais Premier ministre, éventuellement premier mytho de France", affirme Sébastien Chenu, député RN et candidat à sa réélection dans le Nord.

"Il n'y a pas un sondage qui explique que Jean-Luc Mélenchon peut gagner la majorité", ajoute le conseiller régional des Hauts-de-France. Le leader de La France insoumise "est plutôt en fin de carrière. Il n'est même pas candidat à ces élections. Il ne mènera pas l'opposition. Nous, on veut des députés qui mènent l'opposition, qu'ils soient combatifs", et qui "avancent" notamment sur la question du pouvoir d’achat.

Le RN reconnaît qu’il ne vise pas une majorité à l'Assemblée nationale car "les institutions de la Vème République ont malheureusement bien souvent donné une majorité au président élu, c'est un fait, il est difficile de refaire le match", mais en revanche, "à partir de 15 députés on peut contrer Emmanuel Macron", assure-t-il.

Retrouvez l'interview complète ici : 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.