8h30 franceinfo, France info

Coronavirus, cours à distance, Elco, Agnès Buzyn... Le "8h30 franceinfo" de Gabriel Attal

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale et de la jeunesse, Gabriel Attal, était l'invité de "8h30 franceinfo" jeudi 27 février.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Ganbriel Attal, secrétaire d\'État auprès du ministre de l\'Éducation nationale et de la jeunesse, invité de franceinfo le lundi 21 octobre 2019
Ganbriel Attal, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la jeunesse, invité de franceinfo le lundi 21 octobre 2019 (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Gabriel Attal, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, était l'invité de "8h30 franceinfo" jeudi 27 février. Le secrétaire d'Etat a commenté l'évolution du coronavirus en France et la gestion de cette crise par la France. Il est également revenu sur la fin des enseignements en langues étrangères "Elco", annoncée par Emmanuel Macron.

Coronavirus : Marine Le Pen "dans l'instrumentalisation de la peur" selon Attal

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse a critiqué les propos de Marine Le Pen demandant un meilleur "contrôle des frontières" pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Gabriel Attal estime que la présidente du Rassemblement national est "comme toujours dans l'instrumentalisation de la peur" et que la fermeture des frontières avec l'Italie n'a "aucun sens scientifiquement et même politiquement".

Coronavirus : "On a une administration extrêmement robuste"

Interrogé sur l'épidémie de coronavirus et sur l'opportunité de changer de ministre de la Santé - Agnès Buzyn ayant démissionné pour reprendre la campagne de LREM aux municipales à Paris - Gabriel Attal, a estimé que l'administration et le système de santé français étaient "extrêmement solides, extrêmement robustes". Selon lui, le réseau de veille sanitaire Santé Publique France est "aujourd'hui l'un des meilleurs au monde".

Coronavirus : un "système" est "prêt" pour des cours à domicile

Gabriel Attal, a indiqué sur franceinfo que le centre national d'enseignement à distance (CNED) travaillait "depuis un mois" à la mise en place de "plateformes pour continuer à suivre ses cours à distance, dans le cas où des établissements scolaires seraient fermés", dans le cadre de l'épidémie de coronavirus. Des cours à distance qui ont d'ailleurs déjà "un peu commencé", selon lui, puisque "dans certains pays étrangers, des élèves des lycées français qui ne peuvent pas se rendre au lycée suivent leurs cours à domicile".

Suppression des Elco : "Il n'y avait aucun contrôle"

Gabriel Attal est également revenu sur l'annonce par Emmanuel Macron de la suppression des Elco (les Enseignements de langue et de culture d'origine, des cours facultatifs dispensés par des enseignants désignés par les gouvernements d'autres pays comme l'Algérie, la Croatie, l'Espagne, l'Italie, le Maroc, le Portugal, la Serbie, la Tunisie et la Turquie). Selon le secrétaire d'Etat, "ce système existait depuis plus de 30 ans dans l'Education nationale", mais "il y avait des dérives dans un certain nombre de cours"  car "il n'y avait aucun contrôle sur ce système".

Gabriel Attal a pris l'exemple du problème d'"un enseignant qui a des propos douteux sur la question du génocide arménien", alors que la France reconnaît ce génocide. Gabriel Attal explique que Paris a négocié avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, mais "pas avec la Turquie" qui a "dit qu'elle ne souhaitait pas être dans ce nouveau système où l'Education nationale a un droit de regard et contrôle". Le secrétaire d'Etat a toutefois précisé que la France "va continuer à discuter" avec la Turquie. 

>> Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" de Gabriel Attal : 

Ganbriel Attal, secrétaire d\'État auprès du ministre de l\'Éducation nationale et de la jeunesse, invité de franceinfo le lundi 21 octobre 2019
Ganbriel Attal, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la jeunesse, invité de franceinfo le lundi 21 octobre 2019 (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)