8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Présidentielle : pour Michel Sapin, Valls sera "un candidat parfaitement naturel" si Hollande ne se présente pas

Invité de franceinfo jeudi 3 novembre, le ministre de l'Économie et des Finances, Michel Sapin, a souligné la reprise de la croissance française et évoqué l'élection présidentielle de 2017.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Michel Sapin sur franceinfo, le 3 novembre 2016.
Michel Sapin sur franceinfo, le 3 novembre 2016. (Jean-Christophe Bourdillat / Radio France)

Le ministre de l'Économie et des Finances, Michel Sapin, était l'invité de franceinfo jeudi 3 novembre. Il a évoqué la perspective de l'élection présidentielle de 2017 et estimé que l'hypothèse d'une croissance française d'1,5% en 2016 serait "difficile" à atteindre.

Élection présidentielle : "La décision reine, c'est celle du président de la République"

Pour l'élection présidentielle de 2017, le meilleur représentant "de la gauche de responsabilité, par définition, c'est le président de la République, a déclaré Michel Sapin. La bataille qui est devant nous, c'est de savoir si la gauche, dite de gouvernement, sera en capacité d'être présente dans cette bataille présidentielle, au deuxième tour et à l'issue du deuxième tour."

Pour le ministre de l'Économie et des Finances, "la gauche de responsabilité est incarnée d'abord par le président de la République et ensuite par le Premier ministre. Ce sont les deux, dans cet ordre, qui l'incarnent sous la Ve République."

Si François Hollande décidait de ne pas se présenter à la présidentielle de 2017, "le Premier ministre sera évidemment un candidat parfaitement naturel. C'est en fonction de la décision du président de la République qu'ensuite les uns ou les autres prendront la leur. La décision reine, c'est celle du président de la République", a précisé Michel Sapin.

"Il y a des éléments qui posent question" dans le livre de confidences de François Hollande

Le livre de confidences Un président ne devrait pas dire ça continue de faire polémique. François Hollande y reconnaît avoir autorisé "quatre" homicides ciblés, ce qui a choqué et été pointé du doigt par l'opposition. "Je ne vois pas ce qu'il y a de gênant. La France est engagée, elle combat des ennemis, a estimé Michel Sapin. Les faits ne relèvent pas de la nature de ces secrets défense qui sont protégés et qui ont raison de l'être."

Le ministre, qui n'a "pas lu" le livre, a toutefois reconnu "qu'il y a des éléments qui posent question. Mais de là à en faire le brouhaha, le vacarme d'aujourd'hui... Franchement, cela ne vaut pas le coup."

Alors que Manuel Valls a déclaré éprouver de la colère à la suite de la publication de ce livre, le ministre de l'Économie a relativisé la division au sommet de l'État. "Hier, le président de la République et le Premier ministre étaient au Conseil des ministres et leurs préoccupations étaient, pour reprendre les termes qu'ils ont utilisés, chacun à sa place, chacun dans sa responsabilité. Parce que la France, aujourd'hui, n'a pas besoin de commentaires sur les commentaires", a expliqué Michel Sapin. "L'essentiel, ce n'est pas le commentaire d'un livre. L'essentiel, c'est ce que l'on propose à la France", a-t-il ajouté.

La croissance française en 2016 "sera quelque part entre 1,3% et 1,5%"

Si la croissance de l'économie française a rebondi de 0,2% au troisième trimestre après le chiffre négatif du printemps, l'hypothèse d'une hausse d'1,5% en 2016 retenue par le gouvernement semble compromise. "Cela sera difficile, mais c'est juste en regardant les chiffres tels que l'Insee les donne en toute indépendance", a déclaré Michel Sapin. Pour lui, la croissance "sera quelque part entre 1,3% et 1,5%."

"Il y a eu une croissance très, très importante au premier trimestre. Personne ne l'a remarqué, mais elle était de 0,7% [chiffre revu à la baisse par l'Insee à 0,6%]. C'est considérable, a précisé le ministre. Le deuxième trimestre a été décevant et le troisième trimestre a marqué une reprise de l'activité."

Avec ce niveau de croissance, "le chômage continuera de diminuer et l'équilibre budgétaire de la France sera exactement conforme à ce que nous avons prévu. Ce qui veut dire que le déficit en France ne cesse pas de diminuer, année après année, depuis 2012", a conclu Michel Sapin.

Visionnez l'intégralité de l'interview de Michel Sapin


Présidentielle : pour Michel Sapin, Valls sera... par franceinfo

Michel Sapin sur franceinfo, le 3 novembre 2016.
Michel Sapin sur franceinfo, le 3 novembre 2016. (Jean-Christophe Bourdillat / Radio France)