8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Le plan de réforme de la fonction publique est "une attaque en règle" contre les services publics, dénonce Clémentine Autain

Clémentine Autain, députée de la France insoumise, a jugé vendredi sur franceinfo "inacceptable" le projet de réforme de la fonction publique du gouvernement qui prévoit notamment un plan de départs volontaires et a appelé "à une mobilisation forte".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Clémentine Autain, députée de la France insoumise, invitée de franceinfo vendredi 2 février.
Clémentine Autain, députée de la France insoumise, invitée de franceinfo vendredi 2 février. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

"C'est inacceptable et c'est une attaque en règle contre les services publics contre même la capacité de l'État à agir et intervenir, et c'est tout à fait cohérent avec la politique d'Emmanuel Macron", a dénoncé vendredi sur franceinfo Clémentine Autain, députée de La France insoumise, évoquant le projet de réforme de la fonction publique du gouvernement qui prévoit notamment un plan de départs volontaires.

Voir la vidéo

"Ce qui est particulièrement choquant, c'est que nous avons des besoins de plus en plus grands, a-t-elle estimé. Les collectivités territoriales sont exsangues et ont énormément de mal à faire face à leurs missions dans les prisons, les Ehpad" Elle pointe ainsi le besoin croissant d’agents pour répondre aux besoins de la population en terme de services publics.

En particulier, Clémentine Autain dénonce la volonté du gouvernement d'avoir recours à davantage de contractuels : "Nous nous battons aujourd'hui pour limiter la précarité et pour faire en sorte que dans la fonction publique, on ne puisse pas cumuler les contrats précaires." La députée de la France Insoumise a ainsi mis en garde l’exécutif, qui, selon elle, aura "fort à faire avec des personnels qui sont déjà sous pression aujourd'hui" et qui se sentent "attaqués et menacés" par le gouvernement.

Voir la vidéo

De violents affrontements entre migrants afghans et africains à Calais ont fait jeudi une vingtaine de blessés dont quatre sont entre la vie et la mort. La maire de Calais Natacha Bouchart a pointé du doigt "la complicité de certains passeurs, certains activistes ou certains associatifs". Clémentine Autain a estimé ce vendredi sur franceinfo que la "remise en cause du droit d'asile" et les "démantèlements sans solutions alternatives" produisent "davantage de violence".

"Ce qui s'est passé est terrible", dénonce-t-elle, pointant des blessés graves, "des scènes d'une extrême violence". "Il ne faut pas opposer les Calaisiens aux migrants ou au monde associatif", a-t-elle estimé. "Cette remise en cause du droit d'asile et ces démantèlements sans solutions alternatives ne produisent que davantage de violence, davantage de précarité et ne permettent pas d'apaiser les situations", regrette-t-elle. "La dernière loi proposée, la circulaire Collomb vont dans un sens qui est clair, de limiter la capacité du droit d'asile", a estimé la députée LFI.

Pour Clémentine Autain, il "faut discuter avec l'Angleterre" et "mener le rapport de force avec l'Angleterre" mais "il faut se rendre compte qu'en France nous avons besoin non pas de démanteler les habitations quand elles existent parce qu'elles se déplacent".

Voir la vidéo

La formulation de la défense de l'avocat de Jonathann Daval, mis en examen pour le meurtre de sa femme, avait fait réagir Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, qui avait trouvé "proprement scandaleux" de mettre en avant la "personnalité écrasante" d'Alexia Daval pour expliquer le geste de son mari. "Pour ce qui concerne Marlène Schiappa, je constate qu'il y a deux poids deux mesures parce quand il s'agit de son collègue ministre monsieur Darmanin, là en revanche, elle ne commentait pas une affaire de justice", indique Clémentine Autain.

Le ministre de l'Action et des Comptes publics est accusé de viol par une femme. "Je constate que la séparation des pouvoirs n’a pas été respectée, déplore Clémentine Autain. Elle ne l'a pas été non plus respectée dans l'affaire Darmanin. Le gouvernement a tenu à exprimer sa confiance à l'égard de monsieur Darmanin, ce qui est une rupture totale dans la séparation des pouvoirs."   Clémentine Autain dit comprendre "la colère" que Marlène Schiappa "a voulu exprimer sur l'affaire Darval parce ce n'est pas simplement ce que dit l'avocat de la défense (...) ce qu'on a entendu globalement dans les médias, oui, peut être choquant", a-t-elle critiqué. "On voit des titres dans la presse, et je ne fais pas de reproches spécifiques aux journalistes, c'est l'état de la société, 'un amour passionnel se termine en violence' je ne sais quoi…", a-t-elle denoncé. Clémentine Autain estime que la présence au gouvernement de Gérald Darmanin, accusé de viol, est "un sujet" mais que "c'est au gouvernement à décider".  

Clémentine Autain, députée de la France insoumise, invitée de franceinfo vendredi 2 février.
Clémentine Autain, députée de la France insoumise, invitée de franceinfo vendredi 2 février. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)