8h30 Toussaint-Aphatie, France info

"Je regrette la décision de Florian Philippot mais le FN s’en remettra", déclare Nicolas Bay

Le secrétaire général du Front national, invité jeudi de franceinfo, a réagi à l'annonce de Florian Philippot de "quitter" le parti. "Il fallait qu'il accepte le débat", a déclaré Nicolas Bay.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national.
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national. (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)

Le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, invité jeudi 21 septembre de franceinfo, a commenté la décision de Florian Philippot de "quitter" le parti, annoncée ce matin sur France 2. "Je regrette sa décision. Il avait toute sa place au FN mais il fallait qu'il accepte le débat", a réagi Nicolas Bay, moins d'une heure après la démission de Florian Philippot.

"Il s'était enferré dans une démarche qui consistait à privilégier son petit groupe à la périphérie du FN plutôt que la refondation à l'intérieur", a ajouté le secrétaire général du FN, visant ainsi l'association créée par Florian Philippot, "Les Patriotes". 

Après les élections de 2017, Nicolas Bay a estimé qu'"il fallait poser toutes questions sans tabous, la ligne politique, la stratégie, l'organisation du mouvement". Le secrétaire général du FN a poursuivi en précisant avoir eu "le sentiment depuis des mois que Florian Philippot se crispait et refusait ce débat, ou en tout cas, il voulait le cadenasser avec sa petite association".  

Selon Nicolas Bay, Florian Philippot était "en désaccord". "Il veut peut-être exprimer le refus de toute remise en question, de tout débat sur la ligne politique, mais il n'est pas correct de diaboliser le combat que mène le FN", a-t-il déclaré.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, avait retiré mercredi à Florian Philippot son portefeuille de la stratégie et de la communication, invoquant un conflit d'intérêt entre ses missions au sein du FN et sa fonction de président de l'association "Les Patriotes". Toutefois, Marine Le Pen l'avait maintenu vice-président du parti. De son côté, Sophie Montel, proche de Florian Philippot, a aussi annoncé sa démission du parti ce matin. 

Des ordonnances qui "ne protègent pas"

Interrogé sur la deuxième journée de contestation contre la réforme du Code du travail, Nicolas Bay a jugé que "les ordonnances ne répondent à aucune des principales exigences pour restaurer l'économie française". Le secrétaire général du FN souhaite le retrait des textes : "Ces ordonnances ne simplifient pas et ne protègent pas." 

Plusieurs manifestations sont prévues dans toutes la France ce jeudi. Le Front national ne manifeste pas, mais "laisse libre" ses adhérents d'y participer ou pas. "Toutes les mobilisations sont légitimes. J’ai été choqué de voir Emmanuel Macron mépriser comme ça la mobilisation dans la rue", a déclaré Nicolas Bay.

Regardez l'intégralité de l'entretien de Nicolas Bay sur franceinfo le 21 septembre 2017.

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national.
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national. (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)