RER métropolitains : Pierre Hurmic, le maire EELV de Bordeaux, est "heureux d'apprendre cette implication volontariste de l'Etat"

écouter (8min)

Emmanuel Macron a annoncé dimanche qu'il souhaitait "développer un réseau de RER dans dix métropoles françaises", pour que "le RER, ce ne soit pas uniquement à Paris".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, dans son bureau de l'hôtel de ville, le 9 juin 2022. (FABIEN COTTEREAU / MAXPPP)

"Je suis heureux d'apprendre cette implication volontariste de l'Etat dans nos RER métropolitains", a réagi Pierre Hurmic, maire Europe Ecologie-Les Verts de Bordeaux. Emmanuel Macron a annoncé, dimanche 27 novembre, sa volonté de développer un transport ferroviaire du quotidien de type RER dans dix métropoles françaises afin de favoriser la transition écologique.

À Bordeaux, "on est déjà très avancés dans nos projets" de RER explique Pierre Hurmic : "On vient de terminer la phase de concertation. Nous espérons un RER pour 2030. Je note que les annonces présidentielles laissent présager un coup d'accélérateur, c'est-à-dire des aides financières substantielles pour nous aider à concrétiser ce projet de RER qui est métropolitain et départemental." Le RER desservira des communes au-delà de la métropole de Bordeaux.

Le coût d'un RER à Bordeaux est chiffré à "700 millions d'euros, mais beaucoup s'accordent à dire qu'on sera sur plus d'un milliard d'euros. C'est un projet qui est extrêmement lourd, c'est pour nous un immense effort financier à réaliser et l'implication de l'État est impatiemment attendue, espérée, de façon significative", a expliqué Pierre Hurmic. Pour mettre en place ces RER, il faut "réutiliser certaines voies, les rénover" et augmenter le nombre de trains.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.