Primaire écologiste : l'eurodéputé LFI Manuel Bompard appelle les militants déçus à voter pour Jean-Luc Mélenchon "qui porte l'idée d'une écologie urgente"

écouter (7min)

Interrogé également sur la hausse du tarif réglementé du gaz au 1er octobre, l'eurodéputé La France insoumise réclame "une mesure d'urgence" pour encadrer les prix. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Manuel Bompard, député européen La France insoumise. (FRANCEINFO)

"Celles et ceux qui étaient attachés à porter l'idée d'une écologie de rupture, populaire, sociale, ont en la personne de Jean-Luc Mélenchon un candidat pour porter ces valeurs dans l'élection présidentielle de 2022", a déclaré mardi 28 septembre sur franceinfo l'eurodéputé Manuel Bompard, chef de la délégation de la France insoumise au Parlement européen.

C'est Yannick Jadot qui a remporté mardi 28 septembre la primaire écologiste face à Sandrine Rousseau, avec 51,03% des voix. "Le débat a été rude dans la primaire écologiste entre une écologie de rupture et de l'autre côté une écologie avec davantage d'accompagnement. Yannick Jadot l'a emporté de manière extrêmement serrée", commente Manuel Bompard. Puis, il incite les électeurs écologistes déçus à voter pour le candidat de la France insoumise lors de la présidentielle. 

"Ceux qui portent l'idée d'une écologie urgente, qui ne s'oppose pas aux catégories populaires, qui nécessite des ruptures avec le modèle économique dominant, ont en la personne de Jean-Luc Mélenchon le bon candidat pour porter ces idées".

Manuel Bompard

franceinfo

Le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon poursuit son appel aux militants écologistes : "Si vous vous retrouvez dans les propositions et le programme, il serait dommage de ne pas faire en sorte qu'il se retrouve au deuxième tour."

Manuel Bompard demande à "bloquer les prix du gaz et de l'électricité"

C'est la "solution simple et radicale", estime Manuel Bompard, alors que la Commission de régulation de l'énergie a annoncé une hausse de 12,6% dès le 1er octobre des tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie. "Il faut une mesure d'urgence et il n'y a pas besoin de réfléchir pendant des heures", argue l'eurodéputé insoumis qui souligne que "cela a déjà été fait sous le gouvernement Fillon". "Il y avait eu une décision de blocage des prix du gaz et de l'électricité. On est quasiment sur 30% d'augmentation si on additionne celles des derniers mois. C'est faramineux !"

Cette augmentation des prix "pose la question de la constitution d'un pôle énergie. On nous avait vendu la libéralisation comme quelque chose qui allait faire baisser les prix, il y a eu 70% d'augmentation des tarifs depuis la mise en concurrence du secteur du gaz."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 18h50 franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.