Présidentielle 2022 : "Il n'y a qu'une seule candidature écologiste", assure Julien Bayou, secrétaire national d'EELV

écouter (7min)

Alors que Yannick Jadot n'est crédité que de 8% des intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle selon notre sondage, le secrétaire national d'EELV Julien Bayou assure que "ses positions sont constantes".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Julien Bayou, secrétaire national d'EELV, invité de franceinfo le 20 décembre 2021 (RADIO FRANCE)

"La campagne démarre, ne vous inquiétez pas", a assuré vendredi 7 janvier sur franceinfo le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Julien Bayou, alors que Yannick Jadot n'est crédité que de 8% d'intentions de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle dans un sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo. "Vous aurez certainement différentes candidatures à gauche, mais une seule candidature écologiste."

franceinfo : Votre candidat Yannick Jadot est à 8% d'intentions de vote au premier tour dans le sondage Ipsos-Sopra Steria réalisé pour franceinfo. Pourquoi cette campagne ne décolle-t-elle pas ?

Julien Bayou : Elle démarre, ne vous inquiétez pas. Vous avez les candidatures d'extrême droite ; les candidatures conservatrices puisqu'il y a deux candidatures de droite, celles de Valérie Pécresse et d'Emmanuel Macron qui est un secret de polichinelle ; et vous aurez certainement différentes candidatures à gauche ou à l'extrême gauche. En revanche, il n'y a qu'une seule candidature écologiste. Il y a donc trois projets sur la table : les réactionnaires, les conservateurs et l'écologie, qui est finalement le nouveau progressisme parce que c'est ce qui répond aux enjeux du XXIe siècle que sont le dérèglement climatique et la lutte contre les inégalités.

Si Christiane Taubira se lance, elle est créditée aujourd'hui de 3% d'intentions de vote et Yannick Jadot perd deux points. C'est l'union ou la division ?

Il me semblait qu'elle avait confirmé qu'elle ne voulait pas ajouter une candidature et qu'elle cherchait les moyens du rassemblement. Nous verrons ce qu'elle décide mais ce n'est pas mon sujet. Je ne connais pas les propositions d'Arnaud Montebourg ou de Christiane Taubira sur la fiscalité et sur la transition écologique. Nous avons organisé une primaire avec Yannick Jadot, Delphine Batho, Sandrine Rousseau et Eric Piolle pour les départager autour d'un projet. Ce projet est cohérent et clair ; les positions de Yannick Jadot sont constantes. Il y aura un bulletin vert "Yannick Jadot" en 2022 quand la poussière sera retombée. Aujourd'hui, il y a beaucoup de candidatures putatives qui n'iront pas forcément au bout.

Malgré la polémique déclenchée par ses propos sur les non-vaccinés Emmanuel Macron est toujours donné en tête dans notre sondage...

Le problème, c'est qu'il cherche une diversion. Je lui en veux d'abîmer la fonction. Un président ne devrait pas parler comme ça. Le président doit être le garant de la concorde. On a une société fatiguée après dix-huit mois de pandémie et pour masquer son inaction sur la levée des brevets des vaccins et que lui et les gouvernements précédents ont fragilisé l'hôpital, ils choisissent des boucs émissaires et la facilité. Vous n'aurez pas de protection de la population, de stratégie vaccinale qui fonctionne, si nous laissons des poches de pauvreté au Mexique, en Afrique ou ailleurs, où peuvent se développer ces variants. Nous appelons à libérer les brevets et que la France cesse son hypocrisie de dire "oui" en façade, mais de s'activer en coulisses pour protéger les profits de ces laboratoires pharmaceutiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.