Présidence française de l'UE : "Nous avons besoin d'une Europe qui renforce nos pays au lieu de les fragiliser", défend François-Xavier Bellamy

écouter (7min)

Selon l'eurodéputé Les Républicains, Emmanuel Macron "laissera l'Europe plus fracturée qu'elle ne l'a jamais été."

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François-Xavier Bellamy, eurodéputé Les Républicains, invité de franceinfo le 15 juillet 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Bien sûr qu'une autre politique européenne est possible parce que nous avons besoin d'une Europe qui renforce nos pays au lieu de les fragiliser", a défendu mercredi 19 janvier sur franceinfo l'eurodéputé Les Républicains François-Xavier Bellamy, après le discours d'Emmanuel Macron au Parlement européen de Strasbourg. Le président de la République a défendu sa vision de l'Union européenne face aux eurodéputés alors que la France prend la tête de l'Union européenne pour six mois.

>> Présidence française du Conseil de l'Union européenne : ce qu'il faut retenir de l'intervention d'Emmanuel Macron devant le Parlement

Selon François-Xavier Bellamy, Emmanuel Macron "laissera l'Europe plus fracturée qu'elle ne l'a jamais été". Il dit s'opposer à la vision de l'Europe du chef de l'Etat qui "a développé une série de grandes annonces, de grandes promesses, mais la vérité c'est qu'il y a une différence évidente entre l'ampleur des ambitions qu'il déroule et la réalité du calendrier auquel il a contraint cette présidence française de l'Union européenne", qui a lieu "en pleine campagne présidentielle en France."

"Emmanuel Macron aurait dû demander le décalage de cette présidence. Quand on entend le président de la République nous expliquer qu'il va changer l'Europe dans cette période on a beaucoup de peine à le croire."

François-Xavier Bellamy

à franceinfo

L'eurodéputé LR a esquissé sa propre vision de l'Union européenne en s'opposant point par point aux arguments d'Emmanuel Macron : "L'Europe dont nous ne voulons plus c'est celle qui est sur le point de mettre en danger notre filière nucléaire alors que nous n'avons jamais autant eu besoin d'électricité décarbonée pour garantir à tous les Français une énergie bon marché qui nous permette de préparer la transition écologique", a-t-il lancé.

"L'Europe dont nous avons besoin c'est celle qui permettra de renforcer nos frontières, pas celle qui est en train de nous empêcher de décider librement de notre politique migratoire. L'Europe dont nous avons besoin c'est celle qui nous permettra de protéger le marché unique avec une taxe carbone", a-t-il détaillé.

"Nous restons fidèles à ce que nous avons toujours défendu, c'est peut-être une différence avec le président de la République et ceux qui l'entourent aujourd'hui", a ajouté François-Xavier Bellamy.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.